Avenir du Franc Cfa en Afrique: Professeur Moustapha Kassé partisan du statu quo de la monnaie coloniale

Alors que les voix s’élèvent partout en Afrique notamment dans les pays de la zone franc pour demander une indépendance monétaire sur le continent, l’éminent Professeur en Economie, l’agrégé, Moustapha Kassé prône son maintien. L’invité du Groupe Afrique Emergence Communication, (GAEC), a développé, le mercredi dernier, en marge d’une conférence-débat sur le sujet,  une liste d’avantages liés au franc Cfa pour corroborer sa position.

Le Professeur,  agrégé en Economie,  Moustapha Kassé de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) s’est prononcé le mercredi dernier sur le fameux débat du Francs Cfa en Afrique.

Réagissant sur le sujet en marge d’une conférence-débat: «Les raisons de maintenir le Franc Cfa », organisée par le Groupe Afrique Emergence Communication, (GAEC), l’économiste universitaire a d’emblée précisé que ce «débat n’est politique».

Embrayant dans le vif du thème,  le président de l’Association des économistes africains, semble favorable au maintien et à la pérennisation de cette monnaie.  La preuve, au cours de cette rencontre, M. Kassé a énuméré une batterie d’avantages du Francs Cfa pour les pays africains qui pour lui concourent à faire encore avec cette monnaie.

Avantages du Franc Cfa

«On a beaucoup discuté pour dire de toute façon que le franc Cfa doit être modifié. C’est vrai en dix ans même les montagnes bougent», a-t-il partagé. Mais le professeur Kassé s’en presse de préciser,  «Quand on regarde un système il y a deux choses à analyser; quels sont ses avantages et quelles sont ses inconvénients». «Peut-on maximiser les avantages et amoindrir les inconvénients?», posera-t-il au préalable. L’ancien doyen de la Faculté des Sciences Economies de l’Ucad poursuit, «Il se trouve que techniquement aussi bien l’arrimage à l’Euro est quand même un avantage extrêmement important». «Il n’y a pas que cela parce que l’Europe est la première puissance commerciale. En ayant des relations avec l’Europe nous n’avons pas de risque d’échanges premièrement et deuxièmement nous ne payons pas de commissions c’est déjà très important pour des pays qui sont des pays connaissant des déficits de leur balance de paiement, citera-t-il. Dans la même optique, l’agrégé en Economie évoquera un deuxième avantage qu’il constate-t-il important c’est «la stabilité de la monnaie».  «Toutes les monnaies africaines sont dans des zones de turbulence et connaissent des évolutions erratiques vers la baisse qui comporte un coût économique et un coût social très importants», a rappelé M. Kassé.

Ainsi, l’agrégé en Economie soutient que la « convertibilité n’est pas un inconvénient mais c’est un avantage». «Parce que nous avons un déficit d’épargne extrêmement élevé. Nous sommes donc obligés de recourir aux capitaux extérieurs. Le fait d’avoir une libre convertibilité permet effectivement d’avoir des capitaux qui nous viennent par des investissements directs étrangers. Ceci me semble être un avantage», renseignera-t-il, indiquant que «le taux d’échange fixe peut être ajustable ».

Souleymane SANE/senpressenet@gmail.com