add share buttons

Règlement du conflit en Casamance: Le Forum civil invite Macky Sall de s’impliquer directement

Le Forum civil ne semble pas être rassasié par l’approche de la gestion de la crise casamancaise dont s’impliquent depuis son éclatement à nos jours des intermédiaires, des Monsieurs Casamance entre autres. Pour son Coordonnateur Birahim Seck il faut une nouvelle approche de gestion qui partira du plus haut niveau de l’Etat. Aussi rappelera-t-il, « Depuis 82 jusqu’à nos jours il y a toujours des intermédiaires entre les différents protagonistes du conflit ». Et le patron du Forum civil sénégalais  d’ajouter, « Je pense que aujourd’hui le premier du niveau d’enseignement est que le président de la République doit nécessairement s’impliquer directement et discuter avec les parties ». « Le deuxième niveau est que la Casamance a un réel problème de gouvernance du développement humain. C’est surtout par rapport aux différents montants qui sont alloués dans la région et qui n’ont jamais fait l’objet d’évaluation. C’est ça qui pose souvent aux habitants de Casamance d’avoir une perception, un ressenti que la Casamance est laissée en rade par rapport aux autres régions. C’est pour cela nous au Forum civil, on s’est dit qu’il est temps au plus haut sommet le président de la République puisse initier une table ronde pour amener tous les gestionnaires de projets et de programmes au niveau de la Casamance de dire les populations en fonction de nombre d’années biens définies, qu’est ce qui a été injecté? Où est ce que ils l’ont injecté? »,  a relevé Birahim Seck hier sur les ondes de la Rfm. À en croire le tonitruant combattant de la gestion transparente des ressources du pays, « Il y a un besoin réel de redevabilite financière au niveau de la Casamance pour que les populations soient informées de ce que l’État alloue en terme de financement au niveau de la Casamance ». « Tant que on n’aura pas fait cette évaluation, il y aura toujours cette perception que la Casamance est laissée en rade par rapport aux autres régions » a renseigné M. Seck depuis Cap Skirring où il prenait à une rencontre sur la Casamance. Mieux fera savoir le successeur de feu Mouhamadou Mbodj, « Cet exercice pourra aider à l’État d’avoir une élément de comparaison de ce qui est en train d’être fait en Casamance en teème d’infrastructures, dans le domaine de l’éducation de la santé mais également par rapport à d’autres régions ». « C’est un problème fondamental qu’il faut régler au niveau de la Casamance », plaidera-t-il.

Par Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *