add share buttons

 Tourisme : Le Sénégal ne gagne  que 450 millions sur un marché de 1600 milliards de Dollars 

Après une série de visites entamées la semaine dernière, le ministre du Tourisme  Alioune Sarr a procédé ce mardi 07 mai 2019, à une tournée dans les services rattachés à son Département. L’occasion a été saisie par ce dernier pour montrer son amertume sur la modique somme d’argent de 450 millions F CFA engrangée par le Sénégal dans un marché mondial de 1 600 milliards de dollars américains.

 

Le Sénégal, avec ses 750 km de côte, continue de perdre du terrain sur l’industrie touristique. Sur 1600 milliards de dollars américains générés par le secteur touristique en 2018 dans le monde, le Sénégal n’a eu à capter que la modique sommes de 450 millions F CFA soit moins de 1 milliard de dollars. Cette situation a fait monter le nouveau ministre du Tourisme Alioune Sarr, dans ses gongs, en demandant à un changement de paradigme pour conquérir plus de marché. « Avec cette situation, nous des marges de manœuvre, des étapes encore à franchir pour être parmi la cour des grands de ce monde, qui chaque année récupèrent ces 1600 milliards de dollars », a-t- il conseillé aux responsables de tous les services rattachés à son Département. Selon lui, une recomposition du secteur est primordial pour le Sénégal de retrouver on lustre d’entant. Une raison de plus de lancer un appel à tous ces services pour qu’ils travaillent main dans la main afin de réussir cette mission qui leur est confiée par le chef de l’État Macky Sall. Il s’exprimait en marge d’une visite dans les services rattachés à son Département pour partager avec les agents la vision du chef de l’État sur le tourisme comme étant un moteur de croissance économique du Sénégal, mais également la synergie déployée pour le tourisme et le transport aérien. « Désormais, nous devons travailler sur deux pieds pour récupérer les marchés perdus, un pied axé sur le tourisme et l’autre pied sur le transport aérien », a-t-il fait comprendre à ses agents. Il a profité de cette visite pour décliner la feuille de route qu’il va mettre en place avec les agents de ce Département,  avec une deuxième étape qui va permettre la revalorisation du Sénégal sur le plan culturel, écologique, sur le plan du patrimoine, historique et sur le plan de la nature (chute de Dindé Félo, parc Niokolo koba, le pays Bassari, les grands hommes religieux). Toutes ces potentialités doivent être revalorisées et positionnées sur le marché mondial comme une attractivité. Mais aussi, la promotion de la destination Sénégal mérite d’être boostée, en mobilisant toutes équipes pour ce secteur transversal, de même que l’alignement de nos services sur la qualité au niveau  international, avec les mêmes normes de qualités que les grands pays touristiques. Selon lui toujours, le « Fast track » doit entrer en action, parce que, précise-t-il, en 2023, le Sénégal pourra accueillir des millions de touristes avec toutes les capacités qu’il dispose. Ce dernier a profité de cette occasion pour annoncer que des efforts importants seront faits, notamment le renforcement en moyen financier et logistique du Commissariat chargé de la sécurité touristique. « Nous allons également mieux doter en moyen l’Agence chargée de la promotion touristique, en assainissant et en regardant mieux la taxe spéciale touriste qui est collectée », a déclaré Alioune Sarr. Avant d’ajouter : « nous allons déployer des moyens importants dans la promotion, comme les autres pays et accompagner l’ensemble des Sénégalais ». Le 16 mai prochain, vont démarrer les travaux initiés par la Commission qui s’occupera du classement des établissements hôteliers  et touristiques, en partenariat avec le secteur privé afin d’avoir des étoiles dans les hôtels et les restaurants. Me Aliou Sow, Directeur général de la Sapco, à profité de rendez-vous pour décliner les contraintes dont souffre la boîte qu’il dirige : « La première est la mobilisation des ressources financières. L’autre contrainte est judiciaire et la dernière concerne la mobilisation des garanties ». Ce dernier a promis l’accroissement de l’industrie touristique du Sénégal, tout en améliorant l’offre.

Création des délégations nationales, une innovation

La Sapco, après avoir réactualisé la convention avec l’État du Sénégal en 2013, a embrasé  d’autres sites sur le territoire national. Mais l’innovation de taille c’est en 2018, où elle a décidé de créer des délégations  nationales. La première à être créée  c’est la  région de Ziguinchor qui a  longtemps  réclamé la présence de la Sapco au niveau de la zone. « Nous avons également créé la délégation  du centre pour rapprocher davantage Fatick, Kaolack et le Delta du Saloum, la délégation du sud-est (Kédougou, Tambacounda) pour la mise en crédit du parc qui est du ressort du ministère de l’environnement où une continuité doit être signée pour sa mise en tourisme », a-t-il fait savoir. Ce dernier a indiqué que ce plan d’aménagement du parc est déjà disponible. « Il s’agit maintenant de voir au niveau des sites touristiques aménageables dans le parc et conventionner », lance-t-il. Avant d’ajouter : « Nous avons également la délégation du nord qui gère Saint Louis et Louga, où il est prévu l’aménagement de 1000 ha aux zones de Potou sur mer et d’autres endroits à développer avec les collectivités territoriales. Nous avons créé la délégation du Cap-Vert pour gérer la côte de Dakar. Nous voulions aller à la filialisation, comme Saly ne permet plus à la  Sapco de vivre. Raison pour laquelle, il faut diversifier les produits, étendre nos compétences pour voir dans quelle mesure chercher à développer de nouveaux produits ».  Sur les questions d’aménagement, ce dernier de faire savoir qu’ils sont en avance surtout au niveau de la pointe Sarréne où une assiette foncière de 110 ha est déjà aménagée. Abondant dans le même sens, Ndeye Awa Badji, Directrice du service régional du tourisme, de plaider : « Il faut créer des bureaux d’accueil pour les touristes qui veulent visiter Dakar ».

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *