add share buttons

Sécurité alimentaire et nutritionnelle : Une agriculture familiale performante pour répondre aux besoins des familles du Sahel

Dans le but de répondre aux besoins des familles, avec l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui poursuit son bonhomme de chemin dans la zone sahélienne, SOS Sahel compte changer la donne. Pour cela, l’Organisation opte pour la mise en place d’une agriculture familiale performante pour relever situation.

 

Avec plus de 40 ans d’expérience dans 11 pays de la bande sahélienne (du Sénégal à Djibouti), SOS Sahel mise cette année sur une agriculture familiale performante pour répondre aux besoins de développement des familles Cette révélation est du Délégué général de SOS Sahel Rémi Hémeryck. Selon lui, ce projet ne peut être réussi qu’à travers l’initiative verte lancée début 2019 par l’Organisation non gouvernementale (Ong) qu’il dirige. Cette structure vise à restaurer 360 000 ha de terre en Afrique d’ici à 2024. « Aujourd’hui, l’enjeu est de passer d’une agriculture familiale à une agriculture performante. Il s’agit de restaurer 360 000 ha de terre en Afrique et de créer 100 000 emplois dans 1700 villages dans les 11 pays de la bande sahélienne », a-t-il déclaré. Quand on parle de restauration de terre, lance-t-il, il s’agit de mettre en place toutes les solutions possibles parce qu’au Sahel, il y a la plus grande potentialité en termes d’agriculture en Afrique. Il s’exprimait lors d’une conférence de presse, en prélude de la troisième édition des Journées africaines dénommées « Africa Days » de SOS Sahel, M qui auront lieu les 25, 26 et 27 avril. Le thème des ces journées est axé sur : « Comment moderniser l’agriculture familiale ». Hémeryck a fait savoir que cette initiative verte a débuté en 2019 et va s’étendre jusqu’en 2024 avec un financement de 50 milliards F CFA dont seulement la moitié des fonds (25 milliards F CFA) a été mobilisée. Ce dernier à fait part aussi que 3 millions d’arbres sont plantés dans la zone des Niayes il y a 7 à 8 ans pour lutter contre l’ensablement des cuvettes pouvant servir à l’horticulture. « Des académies solaires seront créées dans les six pays traversées par la bande du Sahel, ainsi que la formation de réparateurs solaires pour faire au développement durable », a-t-il annoncé. Avant d’ajouter : « Des filières vertes seront également créées pour permettre aux agriculteurs de vivre de leurs efforts et de leurs produits ». Pour le vice-président de SOS Sahel Pr Sidy Sarr, les « Africa Days » sont une « occasion de partager et de capitaliser nos actions avec nos acteurs qui sont actuellement autour de1000 en Afrique ». Selon M. Sarr, le programme de ces Journées est composé d’un pré-forum avec une journée de préparation avec les porteurs de solutions durables suivi du forum au deuxième jour avec des débats. « C’est un moment de diffuser les bonnes pratiques et de promouvoir un modèle de développement inclusif et durable », a indiqué Pr Sarr. Selon qui après 40 ans de présence sur le continent, « Sos Sahel compte 300 millions de personnes bénéficiaires de ses activités. En 2018, cette organisation fondée au Sénégal en 1976 par l’ancien président Léopold Sédar Senghor à la suite d’une période de sécheresse excessive qui a occasionné plus de 1 millions de morts, a décidé de mettre l’accent sur le grand potentiel des productions locales afin de fournir aux populations urbaines et rurales d’Afrique une nourriture saine et nutritive dans le cadre d’une économie locale dynamique et pourvoyeuse d’emplois.

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *