add share buttons

Ministère de l’Environnement : Abdou Karim Sall décline sa feuille de route

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable sortant Mame Thierno Dieng a passé hier le témoin à son successeur Abdou Karim Sall. Ce dernier profitant de son premier contact avec le personnel dudit ministère, compte se focaliser sur la nouvelle structure mise en place par décret portant répartition des services de l’État pour sauver le Sénégal de la déforestation.

L’ancien Directeur général de l’Artp, Abdou Karim Sall, qui a pris fonction à la tête du ministère de l’Environnement et du Développement hier, a fait savoir qu’il compte sur l’Office national de la reforestation pour épargner le Sénégal de la déforestation et de la désertification. « Je convoquerai une réunion dans les meilleurs délais pour dégager les grandes orientations de cet Office », a-t-il déclaré. Ce dit Office est mis en place par le dernier décret portant répartition des services de l’État entre la Présidence de la République, la Primature et le ministère de l’Environnement. Profitant de son premier contact avec le personnel du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Abdou Karim Sall s’est engagé à relever les défis et attentes du peuple, tout en mesurant à juste valeur la charge sacerdotale qui pèse sur ses épaules au vu des nombreux défis qui l’attendent à la tête de ce département, notamment le PseVert défini par le chef de l’État et qui se fera en mode Fast Trak dans la conduite des affaires publiques. Mais aussi, il s’agit du contexte sous-régional dominé par l’avancée du désert, la sécheresse, l’érosion côtière, la déforestation et la désertification. Enfin, le nouveau ministre de l’Environnement compte aller en guerre contre le dérèglement climatique et ses innombrables conséquences sur les êtres vivants et l’écosystème. Selon lui, la complaisance du développement durable a considérablement évolué en termes de contenu. « Je ne perdrai pas de vu cet aspect de la problématique avec notamment la prise en charge des questions des déchets électroniques », a-t-il insisté, tout en faisant part qu’il ne ménagera aucun effort avec l’ensemble du personnel pour répondre aux multiples attentes et préoccupations de la population dans la préservation de son environnement. Car, précise-t-il, la gestion dudit environnement est une question transversale qui est l’affaire de tous. « Sa préservation et son amélioration partagée de la part du peuple, la mise en avant de valeur civique au service de la collectivité évoluent avec beaucoup de pédagogie à la base », lance-t-il. C’est la raison pour laquelle, Abdou Karim Sall tend la main à tout le personnel civil et paramilitaire du département, en invitant les militants de l’environnement, partenaires techniques et financiers, élus nationaux et locaux, Société civile, qu’ensemble la main dans la main qu’ils montrent aux autorités étatiques que le ministère de l’Environnement peut être le porte étendard du développement socio-économique du Sénégal. En outre, il appelle le personnel au respect des horaires de travail et les lois et règlements du pays, ainsi que les institutions internationales. « Nous ne devons écouter ni les suggestions de la routine, ni verser dans des détails, identifions les problèmes et attaquons les ensembles », a affirmé M. Sall. Parlant de son prédécesseur, ce dernier de dire : « Je m’emploierai à suivre vos pas pour la réussite de cette mission ». Le ministre sortant, Mame Thierno Dieng, prenant la parole a indiqué que nul n’est éternel. « Toute chose a une fin. J’ai été extrait de l’hôpital Le Dantec pour venir occupé ce département. Ma disponibilité et mon dévouement militaire m’ont permis de mettre les pendules à l’heure. Et la volonté du président est que vous conduisez ce département. Cela ne veut pas dire que je suis exclu ».
Abondant dans le même sens, le Directeur des Parcs nationaux, Colonel Abdoulaye Diop, parlant au nom des personnels du ministère, a fait savoir qu’une séparation est toujours pénible, « même si nous avons toujours senti l’autorité quand le besoin se fait sentir ». Et d’ajouter : « Avec la nomination de Abdou Karim Sall, l’espoir est permis. Votre nomination nous indique que le choix porté sur votre personne n’est pas fortuit. Nous soumettons une dévouement total », a-t-il conclu.

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *