add share buttons

Élimination des U23 du Sénégal à la CAN: Joseph Koto toujours dans le tâtonnement

Les lionceaux du Sénégal de la catégorie des moins de 23ans n’ont pas suivi les pas de leurs aînés de l’équipe nationale A qui sont qualifiés avec brio à la CAN 2019. Une défaite très amère que les jeunes Guinéens viennent d’infliger  il y a quelques instants au stade Lat Dior de Thiés au peuple sénégalais. Alors que tout était mis à la disposition des U23 en terme de mobilisation du public que Ibrahima Niane principalement problématique pendant tout le match et coéquipiers ont laissé filer leur chance face à des adversaires largement à leur faveur.

En effet même si l’équipe a dominé presque toutes les deux parties de la rencontre, force est de reconnaître l’attitude de Joseph Koto, le coach reste à désirer. Contrairement à son camarade Guinéens qui requinqué, bousculé, crié ses joueurs,  Koto quant a été comme d’habitude l’ombre de lui. Il semblait ne rien maîtrisé sur ses hommes clés devant apporter le danger. En preuve, l’attaquant du FC Metz Ibrahima Niane qui a été hué par le public pour son faible rendement sur le but guinéen et laissé sur le terrain pendant tous les 90 ème minutes du jeu, est révélateur du tâtonnement qui habite toujours le coach Koto. Il a en dépit de la médiocrité de son capitaine qui a raté trois ou plus occasions nettes et franches sur les six mètres daigné lui sortir pour apporter l’attaquant qui va marquer le petit recherché. Hélas ! L’ancien sélectionneur de l’équipe nationale A s’est braqué et recroquevillé sur sa position de maintenir Ibrahima Niane pour le coupler à la surprise avec Aliou Badji qui venait de faire son entrée à dix minutes de la fin du match. L’entrée de l’ancien attaquant vedette de Casa Sport n’en a rien changé le statuquox du match.  Le jeune Badoo n’a fait que constater les dégâts car il est tombé à une fin de partie bien gérée par les Guinéens qui jouaient avec le chrono.

Même s’il était considéré comme un grand joueur de l’équipe nationale de son époque, Jesoph Koto en tant entraîneur draine toujours des lacunes et pas les moindres. Son passage en sélection en 2013 où il n’a pas été fameux avec les Souleymane Diawara, Dame Ndoye entre autres, est encore fraîche dans nos mémoires.

Cette déconvenue de ce dimanche à domicile qui traversera longtemps la gorge au public sénégalais, doit être une occasion pour la Fédération sénégalaise de football de tirer toutes les conséquences sur le sempiternel questionnement du choix des entraîneurs locaux.

Par Souleymane SANE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *