add share buttons

PROPOS SUR LA GESTION DES PROFESSIONNELS DU DROIT: Le droit de savoir des héritiers !

Les managers des ordres professionnels du Droit doivent être formés et informés sur les enjeux de l’exercice de la profession exercée par les auxiliaires de justice dont ils sont administrateurs et sur les moyens pris par ces organisations professionnelles du droit pour respecter leur obligation principale, la protection du Public.

Ils doivent être à l’affût non
seulement de ce qui se passe au sein de cette profession, mais également des pratiques exemplaires et de l’encadrement offert sous des cieux cléments, hors de nos frontières, de façon à pouvoir offrir une réflexion éclairée et provoquer un processus d’amélioration continue. Ils doivent apporter des idées et suggestions dans les délibérations des organes de décisions.

Il s’agit donc d’un rôle proactif et non simplement réactif, qui doit
s’inscrire dans une démarche d’amélioration de l’exercice du métier de l’auxiliaire de justice.

le respect des règles déontologiques, la prévention des violations a ces règles, la discipline, le contrôle de la qualité des services fournis par les professionnels du droit doivent être contrôlés par des inspecteurs.

A défaut, d’une surveillance rapprochée de la profession sur le terrain nous sommes en face des organisations secrètes qui sont actives pour les intérêts de leurs membres et non pour le public représenté par la veuve, le veuf et l’orphelin.

Ces organisations secrètes ne sont pas tenues de répondre aux réclamations du public pour les manquements constatés sur le terrain.

A quand la fin de l’impunité dans ce secteur ?

Contacter : 33 8272025
2apf.sn@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *