add share buttons

7 mars 2017-7mars 2019: Déjà deux ans de prison pour Khalifa Sall 

L’ex maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall a fait aujourd’hui ce 7 mars 2019, deux ans derrière les verrous. Parti chez le procureur de la République, ce fameux jour du mardi 7 mars 2017 dans le cadre de l’enquête sur la tumultueuse caisse d’avance de la mairie de Dakar, l’ancien Secrétaire général du Parti socialiste (PS) chargé de la Vie politique, ne reviendra pas à la maison. Le monde s’effondra sur ses pieds. Un choc généralisé a été ressenti chez ses proches et partisans. Car après deux jours de garde à vue à la DIC, la redoutable Division d’investigation criminelle, le député maire, est envoyé  à la prison de Rebeuss par Serigne Bassirou Guèye, le procureur de la République.

Des démêlés judiciaires commencent à ce jour pour celui qui était pressenti comme l’un des redoutables adversaires de Macky Sall à la présidentielle du 24 février 2019. Eu égard à la brillante bataille politico-judiciaire engagée par ses partisans et ses conseillers, le chouchou des Grands yoffois, ne sortira pas de la prison.

Du tribunal de grande instance de Dakar en passant par la Cour d’appel à la Cour suprême voire à la Cour de justice de la CEDEAO, l’ancien lieutenant de Ousmane Tanor Dieng, la sentence est restée la même. Des manifestations ça et là de l’opposition sénégalaise qui s’était mobilisée comme un seule homme n’a jamais fait flexible au pouvoir qui semble déterminé à obstruer l’ascension fulgurante du maire déchu. Car de l’Assemblé nationale où le maire était député que tout sera fomenté avec la très controversée levée de son immunité parlementaire.

Condamné à cinq ans de prison malgré le rabat d’arrêt qui a été introduit après la confirmation de la peine par la Cour suprême, Khalifa Sall verra son casier entaché. Car il sera déchu de ses droits civiques et politiques. Autrement dit Khalifa Sall vu les dispositions du code électoral, un condamné à plus de cinq ans, n’est plus éligible.

Aujourd’hui, la présidentielle dernière nous, le président Macky Sall,  qui avait promis d’amnistier Khalifa Sall une fois réélu, reste le seul espoir pour l’ex édile et ses partisans.

Par Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *