add share buttons

Les petits barbus 2.0 de la campagne présidentielle du 24 fev 2019 (Par Ibrahima Faye)

M »CELUI QUI A LE VENTRE PLEIN CROIT TOUJOURS QUE PERSONNE N’A FAIM. » Cheikh Abdoulaye Dieye

La Voie du Salut (1997)

L’histoire politique du Sénégal depuis 1960 jusqu’en 2012 était marqué par un duel sans fin entre le PS avec son emblème vert et l’étoile rouge au milieu et PDS( bleu jaune) avec beaucoup de partis satellites comme la LD/MPT de Pr Abdoulaye Bathily dont faisait parti mon père, le PIT de Amath Dansokho, RND de Madior Diouf, et du PAI de etc. Des hommes qui sont animés d’un véritable idéal républicain d’un soucis constant de la stabilité du pays. Dans tout cela ,Les élections présidentielles étaient marqués toujours par des candidat qui sortent un peu de l’ordinaire et qui avaient une consonances religieux qui suscitait des fois beaucoup de curiosité comme feu Cheikh Abdoulaye Dieye(Fsd/bj) avec son fameux alahou wahidoune et le Serigne Ousseynou Fall un digne religieux soufi .lors de ces campagnes électorales , ces leaders et ses partisans à obédience religieuse n’étaient ni violents par leurs discours et ni violents par leurs actes .

Dans cette élection présidentielle l’image la plus partagée sur la situation politique de ce petit pays d’un peu plus de 14 millions d’habitants, est aujourd’hui celle de l’inexistence des partis politiques traditionnelles PS ou PDS et l’apparition de nouvelles forme de parties comme PUR et PASTEF. Tous les spécialistes de la vie politique ont décortiqué ce tournant comme historique, jusqu’à parler d’une nouvelle page qui se ferme en reprenant Mamadou Ibra Kane.

Ces nouvelles formes de parti sont idéologiquement ambiguës du faite qu’ils allient modernité occidentale avec un ADN fortement ancré sur la morale religieuse. Bizarrement il s’empresse tous les deux à prendre pour leur couleur de parti le vert de notre très cher parti socialiste. J’ai suivi Barthélémy Diaz invité à un meeting de Sonko,il disait sur un ton ironique que toutes les couleurs de la salle lui rappelé le parti socialiste,je peux lui assurer que c’est pas le vert du parti socialiste.

Ces nouveaux partis qu’ont taxe à tort ou à travers de partis à obédiences religieuses sont d’une violence sans Précédente dans leur discours et dans leurs actes. Les violentes heurts à Tambacounda le prouvent avec son lot de morts et je ne dédouane pas le BBY avec les marrons du feu.
Le problème de ces leaders ,ils se croient investi d’une mission divine, il se croient moralement et patriotiquement exempte de tout reproche. Au finish les Mr propres sont entourés de commandos encagoulés nageant dans leur 19 jours de gloire de cette campagne présidentielle.

Pour ces nouveaux venus en politique je vous demande de revisiter le passé patriotique récent du Sénégal, je vous demande de s’inspirer de leur aînés comme les cheikh Abdoulaye Dieye et Serigne oOusseynou Fall. Ces leaders étaient plus anti systèmes et plus patriotes que vous le pensiez. Le premier nommé était un architecte auteur de quatre ouvrages, Serigne cheikh Abdoulaye Dieye Député-maire de Saint-Louis, il fut aussi membre de l’Assemblée législative car il croyait à la politique moralisée pour le bien des hommes. En 2000, il se présenta aux élections présidentielles, non pas pour être élu mais pour éveiller les consciences.

Vivement le retour des partis traditionnels comme PDS et le PS reviennent dans le champ politique car c’est des patrimoines pour le Sénégal. Macky Sall ne doit pas fragiliser les partis traditionnels car ce sont des remparts de notre démocratie contre des idéologies venant de je ne sais d’où. L’exemple de la France (avec les gilets jaunes et certains pays du Maghreb avec les révolutions arabes nous montre que si les parties patrimoines s’effondre d’autres idéologues prennent le relais pour une aventure très dangereux. Une idéologie ou un système idéologique est facile à mettre en place.
Un système idéologique désigne un ensemble de propositions, plus ou moins cohérentes et
systématisées, portant des jugements de valeur sur un ordre social et permettant de guider une action en définissant des alliés et des ennemis. Par essence, toute idéologie est polémique et politique.

Ibrahima Faye
ibrahimalafayette@gmail.com

Une pensée sur “Les petits barbus 2.0 de la campagne présidentielle du 24 fev 2019 (Par Ibrahima Faye)

  • 14 février 2019 à 10:20
    Permalink

    Ces partis on les a suivis il n étaient rien. Différents de ce que nous vivons actuellement. La violence dans le verbe n est pas grave on parle de choc des idées cela doit être violent. A part Mamadou Dia je ne vois pas un leader plus patriote que Ousmane Sonko. Il est cohérent dans la demarche radical dans le discours généreux dans kes intentions. Ne nous parlez pas de ces clowns politiques d antan.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *