add share buttons

PROJET ZÉRO BIDONVILLE : Macky Sall promet la construction de 100 000 logements dans tout le pays

Après avoir promis à sa coalition lors de son investiture le 1er décembre 2018, la suppression des bidonvilles, si toutefois qu’il est reconduit, le chef de l’État Macky Sall reste toujours dans sa logique. Il vient d’annoncer par la voix de son premier ministre la construction de 100 000 nouveaux logements partout dans le pays où il y a des bidonvilles.

 

Le président de la République, Macky Sall, a promis une fois réélu au soir du 24 février 2019, la construction de 100 000 nouveaux logements partout dans le pays où il y a des bidonvilles. Ces propos sont du premier ministre Mouhammed Boun Abdallah qui a fait savoir que le programme sectoriel zéro bidonville parmi tant d’autres, est une expérience qui va permettre au chef de l’État de continuer la modernisation de nos villes. Mais ceci, passera inéluctablement par la destruction de ces quartiers flottants en remplacement d’immeubles. « Le président de la République a donné des instructions pour que partout où il y a des habitations précaires ou des bidons villes qu’ils soient rasés afin de laisser la place pour la construction d’immeubles pouvant permettre aux jeunes de trouver un emploi », a déclaré le premier ministre. Avant de préciser : « Pour les propriétaires, ils seront relogés en bas des immeubles, c’est-à-dire au rez-de-chaussée ». Il s’exprimait en marge de la cérémonie de remise des attestations aux 1 100 jeunes issus de 13 collectivités territoriales du Sénégal et formés dans les métiers du BTP pour renforcer l’emploi des jeunes ainsi que la compétitivité et la performance de notre économie, dans le cadre du « Promovilles », tenue le samedi 26 janvier 2019, au Centre international de conférence Abdou Diouf à Diamniadio, avec l’appui de la Bad. Selon lui, ce Programme de modernisation des villes du Sénégal s’inscrit dans les axes majeurs du Pse et aussi de l’Acte III de la décentralisation qui visent la révision des disparités spatiales et le renforcement du capital humain dans sa dynamique participative. À cet effet, il a pour ambition, explique-t-il, «de réaliser entre autres 700 km de voiries assainies, autant de linéaires éclairages publics», mais également des «infrastructures socioéconomiques» de base. « Promoville participe aussi à l’amélioration de la mobilité dans les centres urbains, de l’amélioration du cadre de vie, mais de l’accès inclusif, parce que promouvant la participation des jeunes sénégalais dans les autres programmes, comme le Pudc, mis en place par l’État du Sénégal ». Ainsi, il est important pour les programmes du Plan Sénégal émergent (Pse) de prendre exemple de « Promovilles » afin de comprendre comment développer les capacités de la jeunesse pour que celle-ci se retrouve dans la mise en œuvre de ces projets. Répondant aux préoccupations du représentant des récipiendaires, Ngouda Niang, craignant que ce projet ne soit que de la poudre aux yeux avec la présidentielle qui arrive à grands pas, le premier ministre de rassurer : « Nous allons vous aider à trouver du travail, parce qu’il y’en a déjà, ou de vous permettre de se lancer dans l’auto-emploi avec vos attestations ». Toujours dans sa réponse, il a fait comprendre à qui veut que le président Macky Sall n’est pas « un tacticien », mais une « stratégie » pour avoir mis tous ses projets en marche. Il a incité par la suite ces récipiendaires à convaincre leurs jeunes frères à suivre cette voie de la qualification qui est « la seule du salut et du développement ». Revenant sur le projet Promoville, M. Dionne de rappeler que parmi les ouvrages réalisés, y figure la réalisation de plus de 75 Km de routes neuves dans la plupart des quartiers des villes dans la banlieue de Dakar, à Yeumbeul nord, à Guédiawaye, mais aussi dans les villes de Thiès, Kolda, Sédhiou, Ziguinchor, Saint Louis, Matam, Diourbel, Kaolack, Mbour, entre autres sur les 32 communes d’interventions. Il est également prévu la mise à disposition de données dans 7 communes d’intervention à travers un système d’intervention géographique, mais aussi la réalisation de 13 000 m2 de parking pour les camions frigorifiques à Guet-Ndar, à Saint-Louis.
45 % des jeunes n’ont aucune formation
Poursuivant son allocution, le premier ministre a déploré le mande de formation chez les jeunes. « Dans chaque génération de jeunes, 45 % n’ont aucune formation ou un niveau d’éducation suffisant. Raison pour laquelle, l’œuvre du ministre de la Formation Professionnelle Mamadou Talla est à magnifier pour tous les efforts qu’il a entrepris pour mettre à niveau le système de formation professionnel dans notre pays sous les directives du président de la République », renchérit-il. Avant de conseiller : « Il faut que les jeunes acceptent d’intégrer les centres de formation pour avoir une qualification. Après l’aide de l’État s’en suivra ». Pour rappel, le coût prévisionnel du programme « Promovilles » est de 280 milliards F CFA sur une période de dix (10) ans (2015-2025). 13 collectivités territoriales du Sénégal sont bénéficiaires du programme.
Éviter ces jeunes de tendre la main
Désormais ces jeunes qualifiés ne vont plus tendre la main après le diplôme en poche. Ils peuvent créer leurs propres entreprises et devenir indépendants. Telles sont les réactions du Directeur du Csfp-Btp, Boubacar Diallo. Pour ce dernier, même s’ils sont confrontés à plusieurs contraintes, sont parvenus à émerger. « Le chemin a été long, mais ils ont su gérer », a-t-il fait savoir, tout en indiquant que le Centre est conscient des différents projets de l’État horizon 2035. Abondant dans le même sens, M. Ba d’annoncer que des stratégies de rencontre B to B avec les différentes entreprises sur le système de parrainage sont attendus, avec des articulations à l’appui. Un certain nombre de communes, Guédiawaye, Pikine qui sont sur le même rayon auront le soutien de certaines entreprises.

Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *