add share buttons

Récurrence des feux de brousse en cette période de récoltes: Les populations de Makacolibantang réclament une caserne de sapeurs pompiers

En cette période de l’année les agriculteurs ne dorment pas à poings fermés avec les prédateurs des récoltes comme les troupeaux ainsi que les plus redoutables ; les feux de brousse. L’agriculture étant terminée, place le travail de finition qui compte beaucoup plus que toutes autres étapes. De nos jours les productions qui sont en train d’être acheminées dans les foyers et greniers méritent beaucoup d’attention.

Ce samedi 19 janvier 2019, un feu de brousse s’est déclaré à 10 heures du matin dans le village de Bousra situé à 5 km de la commune de Makacolibantang. Pour éteindre ce feu, la population toute confondue s’est érigée en bouclier. Un feu dont l’origine reste toujours inconnu. «Il y’a eu plus de peur que de mal, car le feu n’a pas fait de dégâts grâce à un mur de clôture et à la détermination des jeunes et des femmes, qui ont utilisé des stratégies archaïques autrement dit: des pare-feu, des seaux d’eau et des feuilles à la main pour venir à bout du feu», a fait savoir Seydou Kane professeur de philosophie par ailleurs conseiller à la mairie de Makacolibantang joint au téléphone. Il leur a fallu deux tours d’horloge pour arriver au atteindre le feu. La commune de Makacolibantang polarise environ 133 villages officiellement connus avec une population qui va bientôt atteindre la barre de 1 million d’habitants. Cette population par le biais de Seydou Kane réclame l’installation d’une caserne de sapeurs-pompiers. « En cas d’incendie ou feux de brousse, nous sommes obligés de faire avec les moyens du bord afin que nos maisons et récoltes ne soient pas réduites en cendre», a-t-il dit. À l’en croire, «Seul le chef-lieu de région qui se situe à moins de 100 km qui dispose d’un camp de sapeurs-pompiers ainsi que le département de Koumpentoum». Poursuivant dans sa plaidoirie, Seydou Kane soutient que « Ni Maka ni sa population n’est à l’abri de ces feux de brousse récurrents ». «Quand on reste les bras croisés en attendant l’arrivée des soldats du feu, le dégât sera consommé avant qu’ils n’interviennent vue la distance et le mauvais état de la route», nous confie-t-il.

Ce conseiller municipal met une partie de la responsabilité de ces incidents dans l’assiette des autorités spécialistes dans ce domaine. « Il y’a un manque de surveillance de la part des autorités en l’occurrence les agents des eaux et forêts », a dénoncé Seydou Kane indiquant «Voilà pourquoi les pyromanes clandestins qui se permettent de mettre souvent du feu dans la brousse en cette période de l’année où le vent souffle et constitue un facteur favorable à ce phénomène ».

Pour terminer, le professeur de formation philosophique lancera un appel aux autorités politiques pour l’érection d’un camp de sapeurs-pompiers dans la commune de Maka.
Pour rappel, le village de Bousra du vénéré marabout Alkaly Diaby se trouve à cheval entre Koussanar et à 5 km de Makacolibantang.

Mamoudou SAMOURA/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *