add share buttons

Programme d’urgence de la banlieue : 20 milliards F CFA pour une synergie de tous les acteurs de développement

Dans le cadre de la préparation des jeunes de la banlieue à s’approprier du Plan Sénégal émergent (Pse), les populations de Guédiawaye, des Parcelles assainies et de Rufisque ont mis en place un mouvement dénommé « Mouvement banlieue émergent (Mbe) ». Pour cela, il prévu la mise ne place d’un Programme d’urgence de la banlieue (Pub) avec un budget de plus de 20 milliards F CFA.

 

Pour corriger les nombreux programmes et projets nationaux mis en œuvre par l’État du Sénégal pour lutter contre le chômage des jeunes et des femmes à travers l’entreprenariat, le Mouvement banlieue émergent que dirige Mamadou Aliou Diallo, a décidé la création d’un Programme d’urgence de la banlieue (Pub). Ce programme qui va démarrer dans quelques temps, avec un budget de plus de 20 milliards F CFA, permettra de corriger les dispersions, tout en servant de synergie avec l’ensemble des acteurs. « Avec ce programme, nous allons essayer de lutter contre le chômage des jeunes, tout en boostant le développement au Sénégal », a déclaré M. Diallo. Avant d’ajouter : « Nous voulons que les potentiels de la banlieue soient valorisés en s’appropriant du Pse afin de sortir du problème d’inclusion ». Ce dispositif éclaté dira-t-il, sera rationnalisé au niveau de la banlieue pour régler définitivement les problèmes de chômage, d’accès aux financements des femmes et des questions de pauvreté et de sous développement dans ces banlieues de Dakar. Il s’exprimait en marge d’une conférence de presse en prélude au lancement dudit mouvement prévu le 15 janvier prochain. Ce mouvement a pour objectif de créer un cadre permanent de dialogue direct entre la banlieue et les autorités et d’assurer une meilleure prise en compte des préoccupations de la banlieue dans les politiques publiques. « Il s’agira également de proposer un dispositif spécifique, souple et innovant d’accompagnement des entrepreneurs, de création d’entreprises, de formation professionnelle, d’encadrement et de financement des jeunes et des femmes issues des banlieues, par le biais de projets crédibles d’insertion socio-économiques dans les sous-secteurs porteurs de l’artisanat, de l’horticulture, de la petite Industrie, de la culture, du commerce, entre autres », a précisé le président du Mouvement banlieue émergent. Pour Magette Thiandoum, vice-président du mouvement, comme il n’y a pas un projet réellement destiné à la banlieue, « nous avons mis ce dispositif en place pour accompagner les jeunes et les femmes qui ont des besoins d’entreprenariat ». Pour ce faire, ce programme sera piloté par des jeunes qui ont de la compétence, tout en fédérant toutes les forces. « C’est un mouvement fédérateur de la banlieue pour mener nos actions. Il permettra aussi la création d’un Link entre les populations des banlieues et les différents acteurs institutionnels et autres partenaires techniques et financiers, ouvrant d’éventuelles perspectives intéressantes pour elles », a-t-il conclu.

Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *