add share buttons

AUTONOMISATION DES FEMMES ET DES FILLES: La capture du dividende démographique au cœur des préoccupations

Dans le but de renforcer le plaidoyer et le dialogue politique afin d’engager des actions concrètes pour l’autonomisation des femmes et des filles en vue de la capture du dividende démographique, la capitale sénégalaise, Dakar, va accueillir du 12 au 13 novembre 2018, une rencontre de haut niveau sur cette problématique. En prélude à cette rencontre régionale, organisée par le gouvernement du Sénégal, à travers les ministères de la Femme et celui de l’Économie, avec l’appui de l’Unfpa et de l’Ambassade du Canada, une réunion d’information est tenue hier avec des journalistes, membres du Réseau santé.

 

En Afrique en général, et au Sénégal en particulier, les femmes sont reconnues comme une force démographique, sociale et économique indispensable pour le développement et la réalisation des objectifs de développement durable. Elles font face à divers obstacles pour leur survie dont les plus importants restent l’accès aux services sociaux de base et l’accès aux opportunités d’emploi. A cet effet, les inégalités font qu’elles restent confinées dans des activités modestes, à faible rendement, et opèrent pour la plupart dans l’économie informelle. Alors que, des études démographiques et de santé ont montré que l’éducation d’une femme est un facteur déterminant pour la survie de ses enfants au cours de leurs cinq premières années de vie. Concernant les filles, il est démontré que l’éducation, en particulier au niveau secondaire contribue à retarder l’âge au mariage et à la première grossesse, contribuant ainsi à la baisse de la fécondité et à la transmission démographique. Malgré tous les progrès réalisés au cours des vingt dernières années qui ont permis au pays de se positionner favorablement pour la capture du dividende démographique, le Sénégal fait partie des pays qui ont juste amorcé leur transmission démographique. Ce qui fait dire à la Directrice de l’équité et de légalité du genre, au ministère de la Femme, Absa Wade Ngom, que cette rencontre de haut niveau sur le dividende démographique autonomisation des femmes et des filles, vise à renforcer l’engagement des gouvernements et l’ensemble des parties prenantes en vue de trouver des solutions pour la capture du dividende démographique. Mais aussi, il s’agit de créer un espace d’échanges sur la question de l’autonomisation des femmes en lien avec le dividende démographique, tout en permettant aux décideurs nationaux de partager leurs expériences en matière d’autonomisation économique des femmes et de filles, et de vulgariser les nouvelles orientations stratégiques en matière d’autonomisation de ces deux couches au Sénégal. Selon elle, les personnes en âge de travailler au Sénégal, sont plus nombreuses. Ce qui constitue une opportunité pour nos gouvernants de créer des emplois. « Le taux de participation économique des femmes avoisine le 33% contre 69 % pour les hommes. D’où l’urgence de capturer les dividendes démographiques », a-t-elle fait savoir. Cette dernière dans sa présentation, a annoncé que le Sénégal depuis le lancement de la feuille de route du dividende démographique en 2017, a mené beaucoup d’activités sur le terrain pour sensibiliser et informer les populations afin qu’elles puissent s’approprier de cette problématique. Ainsi, toutes les 14 régions du Sénégal ont été sillonnées pour que les femmes puissent connaître leurs droits. Pour les filles, elles ont bénéficié de formations adéquates pour leur permettre d’être autonomes. Sans compter les politiques mises en place en matière de santé, d’éducation, pour pouvoir favoriser la mise en place de mécanismes adéquats pour leur autonomisation.

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *