add share buttons

Recrudescence des meurtres : Des Sénégalais plaident pour le rétablissement de la peine de mort

Des lourdes peines qui ont substitué la loi relative à la peine de mort abolie en 2004 sous le défunt régime de Wade, contre les condamnés pour meurtre, ne suffisent pas pour freiner le phénomène. C’est le sentiment le mieux partagé chez les citoyens interrogés sur la recrudescence des meurtres. Ces Sénégalais, croisés dans la banlieue, plaident pour le retour de la peine capitale contre les meurtriers.  

 

Le meurtre de la responsable de Pastef, Mariama Sagna, violée et tuée le samedi dernier à Keur Massar, qui a choqué la communauté nationale,  a poussé certains citoyens très révoltés, à déclarer le rétablissement de la peine capitale dans l’arsenal juridique du pays. Momo Goudiaby, la quarantaine révolue, habitant dans la banlieue de Dakar, estime que seule la peine de mort pourra mettre à terme ces meurtres crapuleux dans le pays. «L’Etat n’arrivera jamais à juguler ce fléau qui expose tout citoyen tant que les meurtres ne seront pas exécutés publiquement. Il faut que le régime de Macky Sall pense à cette forte demande sociale des Sénégalais sur ce sujet », a juré M. Goudiaby. Trouvée à la route nationale 1 au niveau de Fass Mbao, cette dame préférant gardant l’anonymat, âgée d’une cinquantaine d’année, se dit très peinée de la montée des agressions mortelles dans le pays. « Il ne se passe pas une journée sans qu’on n’apprenne à travers la presse des meurtres çà et là. Et je crois que tout le monde le réclame depuis belle lurette, seul le retour de la peine capitale qui peut freiner cette recrudescence de ce phénomène. Le président Macky Sall doit avant de partir faire revenir cette loi qui a été abolie en 2004 par son prédécesseur Abdoulaye Wade».

A l’image de deux précédents interlocuteurs, Ndèye Awa Mané, institutrice dans une école privée de Dakar aussi ne cache pas son mécontentement face à ces meurtres à répétition sur les innocents. La mine très renfermée par l’assassinat de la militante du parti d’Ousmane Sonko, Mlle Mané interpelle en premier lieu le Chef de l’Etat, le président Macky Sall. « A mon avis aujourd’hui il n’y a pas plus urgence dans ce pays que le rétablissement de la peine de mort. C’est pour cela j’estime que la seule personne habilitée à satisfaire cette doléance ce n’est personne d’autre que Macky Sall. C’est un président qui a abolit cette loi, c’est un président qui doit la rétablir pour protéger les populations car cela va dissuader les bandits ».

Même si le rétablissement de la peine de mort est demandée avec force par des populations, du côté de l’Etat le sujet semble ne pas être pour le moment une urgence dans la mesure où le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, le Professeur Ismaéla Madior Fall soutient toujours qu’il n’y voit plus sa place dans l’arsenal juridique.

Par Pape Latyr MANE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *