add share buttons

Sauvegarde de la «grande Niaye» de Dakar : Le Ministère de l’Environnement classe technopole de Pikine-Guédiawaye «zone humide protégée»

Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) a décidé de classer la «grande Niaye» de la région de Dakar qui polarise Pikine-Guédiawaye, une « zone humide protégée ». Dans le communiqué transmis à la rédaction de Senpresse.net le ministère dirigé par le Professeur Mame Thieno Dieng rappelle que « c’est une décision du gouvernement… ».

 

Communiqué du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable

Dans le cadre de la politique de sauvegarde de la « grande Niaye » de Pikine- Guédiawaye, abritant le Technopole, le Ministère de l’Environnement et du Développement durable informe de la décision du Gouvernement de classer cette surface en zone humide protégée.

Un tel acte signifie l’inscription formelle de cette zone sur la liste des sites protégés par la Convention internationale de Ramsar de 1971. Aussi, les dépendances de la « grande Niaye» seront désormais contenues dans une Réserve naturelle communale de Biodiversité, en rapport avec les Collectivités territoriales limitrophes.

En rappel, cette zone comprenant des dépressions où convergent les eaux provenant de la nappe phréatique et des eaux pluviales, accomplit les fonctions écologiques et socio-économiques suivantes :

    Maintien de la biodiversité en servant d’habitat à des espèces floristiques et faunistiques menacées, lieu de reproduction et étapes migratoires pour 223 espèces d’oiseaux ;

    Contribution inestimable à l’atténuation des inondations, à l’amélioration de la qualité des eaux par le recyclage, à l’épuration bactériologique, à l’interception des matières en suspension, au stockage du carbone atmosphérique par séquestration, à la production d’oxygène et à la dépollution de l’air ;

    Lieux abritant des activités maraichères occupant un nombre de 600 personnes.

 

La décision de classement (niveau de protection le plus élevé) traduit l’engagement des pouvoirs publics à assurer la préservation de l’Environnement des sénégalais, en application de l’article 25.2 de la Constitution, introduit par la révision de 2016.

 

 

                                                                               Fait à Dakar, ce 08 octobre 2018   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *