add share buttons

DECRETANT 72 HEURES DE GREVE DEPUIS HIER: Le Sytjust exige le respect des engagements des autorités face à leurs revendications

La justice sera paralysée ces 72 heures. Le Syndicat des Travailleurs de la Justice (Sytjust) a décidé hier d’aller en grève. Il dénonce la « posture » du gouvernement face à ses revendications qui tardent à être satisfaites. Dans un communiqué rendu public, le Sytjust exige de l’État la prise en compte sérieuse et la satisfaction totale des doléances basiques des travailleurs de la Justice.

 

Le Syndicat des Travailleurs de la Justice (Sytjust) a décrété 72 heures de grève à compter d’hier.Selon le secrétaire général, Me El Malick Boune Aya Diop , leurs revendications n’ont pas  eu un écho favorable de la part des autorités. Fatigués d’attendre des promesses non tenues des autorités, ils ont décidé de poursuivre leur combat en exigeant du gouvernement « la prise en compte sérieuse et la satisfaction totale des doléances basiques des travailleurs de la Justice » Lesquels dit le syndicat à travers un communiqué « concourent dans la précarité absolue au bon fonctionnement de l’Institution Judiciaire ». Selon Me Boune Aya Diop,  le Président de la République s’était solennellement engagé devant le Bureau Exécutif National (Ben) du Syndicat à « prendre les choses en main ». Cet engagement, dit-il, portait sur la satisfaction des points de revendication de la plateforme du Sytjust relatif « aux statuts des travailleurs et de leurs plans de carrière, aux régimes indemnitaires, à l’élargissement de l’assiette du fonds commun des greffes, et à l’octroi d’une assiette foncière pour réduire le coût de l’habitat social ». Le secrétaire général de la Sytjust dénonce ainsi « la posture des membres du gouvernement et de leurs départements » face à leurs préoccupations. De l’avis des syndicalistes, il y a une entrave à différents niveaux de l’administration qui a abouti à la « non matérialisation de la volonté politique clairement exprimée par la première Institution de la République ». Une attitude qui a amené Me Diop et ses camarades à tirer hier à boulet rouge sur les Ministres chargés de le Justice, des Finances, du Budget et de la Fonction publique. « Ces derniers affichent un manque d’intérêt dans la mise en œuvre et la matérialisation de l’engagement ferme et solennel du président Sall », dénoncent-il.

Face à ce dilatoire, le Sytjust estime que la radicalisation est l’unique option laissée aux travailleurs de la Justice qui ont, jusque présent, fait preuve de responsabilité, de patience et d’indulgence.

Pour rappel, les travailleurs de la Justice avaient enclenché une grève depuis plus d’un an pour l’amélioration de leurs conditions de travail.  Mis au courant de cette grève, le chef de l’État s’était personnellement impliqué dans la résolution de la crise du secteur de la Justice provoquée par le non-respect des accords trouvés avec le SYTJUST. C’est à cet effet qu’il avait accordé au Ben une audience à l’issue de laquelle, les juridictions ont recouvré la paix sociale. Mais jusque là rien n’est fait.

Thier KA/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *