add share buttons

Grand Yoff : 8 agresseurs ont semé la terreur au marché Arafat

Ça y est ! Les agresseurs ont fait surface à Grand Yoff. Hier vers 21 heures, le quartier Arafat, précisément le très animé Monument, a été le théâtre d’une descente d’agresseurs, armés de couteaux et de manchettes qui dictaient leur loi à des usagers.

A l’approche de la fête de l’Aidr kabir, communément appelée Tabaski, les agressions hantent le sommeil des populations de la capitale sénégalaise. À Grand Yoff, la populeuse commune, des usagers qui vaguaient à leurs préoccupations jusque tard dans la nuit, sont souvent la cible des malfrats. Hier vers 21 heures, le Monument de Grand Yoff inondé de personne, a connu une salle quart d’heure. Des personnes armées de couteaux et des manchettes ont semé la terreur. Ces jeunes costauds, habillés en sous-vêtement et des chaussures de pacotille avec les regards qui se confondent avec les visages des victimes, ont voulu agresser une personne à la quarantaine. Son nom Fall l’a échappé belle hier face à ces aigrefins d’une autre nature.
Tout a commencé avec des filles qui allaient se faire belle. Mais les agresseurs, une fois constatée que ces jeunes filles n’avaient rien dans les poches ou encore ce qu’elles détenaient ne pourra faire l’affaire, ont juste proféré des insultes à l’endroit de ces filles. Prises de panique, ces dernières ont rebroussé chemin. C’est le moment où ils ont vu l’arrivée d’une moto X9 évaluée à 800.000 FCFA. Quand le gars supportant sa copine est arrivée dans leur zone, un groupe de 8 individus malveillants l’ont automatiquement saisi. L’autre supposé être le cœur du gangs a fait sorti une manchette tranchante pour semer la peur au conducteur. À leur grande surprise, le conducteur n’a pas cédé. Il s’est défendu tout seul sous les yeux des spectateurs qui restaient timorés sans venir en aide au Sieur. Les agresseurs l’ont donné des coups de machette sur la figure. Ce dernier comme on l’aurait pas cru être dans un film d’action n’a pas laissé le morceau. Il continuait à se défendre jusqu’à qu’un groupe de jeunes habitant à ARAFAT ont pris les choses à main et on fait des jets de pierre qui ont fini par disperser les agresseurs en tout état d’allure.
D’après les témoins, ces agresseurs étaient à la Patte d’Oie. Ils font des va et vient entre la Patte d’Oie, Monument et Rond-point Liberté 6. Une mère l’a confirmé, en soutenant qu’elle était un témoin oculaire de la scène d’agression qui s’est passée avant-hier à la Patte d’Oie. Elle ajoutera que cette bande d’agression fait la navette entre la Patte d’Oie et le Monument à cause de son travail. Elle voit souvent ces genres de personnes dans les cars rapides et parfois, ils se positionnent comme des coxer.
Interrogé par le canard de la Senpresse.net, ce dernier souhaite que la police fait son travail. Mais, se désolera-t-il, ce qui cause problème c’est l’attitude de ces gens qui les regardent faire sans agir. «Si les agresseurs ont attaqué les filles en premier lieu, c’est parce qu’ils savent que la foule ne va pas réagir. C’est le même cas pour la deuxième victime. Ce n’est pas normal que des personnes imposent leur loi à pareille heure. Il faut plus de courage du côté de la population pour freiner ces genres d’évènements», a-t-il conclu.

Par Moustapha CISSE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *