add share buttons

REFONDATION DE L’AFRIQUE: Permettre au continent de retrouver sa dignité

Dans le but de permettre au continent africain, berceau de l’humanité, de retrouver sa dignité, Enda/Tiers monde a procédé hier au lancement du numéro zéro du Rapport alternatif sur l’Afrique dénommé Rasa/Aroa. Ce rapport qui a pour thème : « La question de souveraineté pour l’Afrique », est une occasion de remettre en cause les anciennes hégémonies et de donner l’opportunité à une redistribution des cartes.

 

Nous devons travailler pour une refondation du projet de société. Ce qui permettra à l’Afrique de retrouver sa dignité. Ces propos sont tenus hier par Moussa Mbaye, secrétaire permanent du Rapport alternatif sur l’Afrique (Rasa) en marge du lancement du numéro zéro dudit rapport tenu au siège de Enda Tiers monde, sis à la Sicap Point E. Selon lui, ce rapport permet aussi de repositionner l’Afrique par rapport au reste du monde, à travers une « redistribution des cartes » qui va permettre de remettre en cause les anciennes hégémonies et l’émergence de nouvelles légitimités, tout en permettant d’asseoir un bien-être dans nos sociétés et une prospérité partagée. « L’Afrique continue à être mal représentée par les autres et par elle même. C’est ainsi si nous voulons inculquer à la jeunesse une autre philosophie de comprendre le monde et d’aller nous mêmes », a-t-il déclaré, tout en proposant une promotion d’un « nouveau modèle » de mondialisation. Ce rapport qui a pour objectifs de contribuer de manière décisive à la consolidation des transformations à l’œuvre dans les sociétés et institutions africaines vers l’autonomie de la souveraineté, de rendre intelligible les dynamique et mutations à l’œuvre sur le continent notamment celles qui sont portées par les Africains dans leur majorité et leur diversité, détermine la vraie position de l’Afrique par rapport au reste du monde. Mais aussi, il s’agit de donner la paroles aux citoyens et acteurs africains dans la production d’un rapport qui innove dans sa méthodologie d’élaboration et combine des sources scientifiques, commentaires, citoyennes et populaires, tout en bâtissant une définition du progrès de l’Afrique et des Africains plus proches de leurs cosmogonies et visions du monde, de leurs réalités et de leurs pratiques. Ce dernier a fait savoir que l’Afrique a besoin de ses propres pensées pour atteindre le développement afin de nous projeter dans le futur. « Il est temps que l’Afrique innove dans sa façon de produire du savoir, en mettant les experts en contribution », dira-t-il. Avant de repréciser : « L’Afrique a besoin de se repositionner ». Ce rapport est aussi une source pour transformer les situations africaines en alimentant les politiques publiques à partir des perspectives issues de nos dynamiques réelles. Il s’adresse aux citoyens, tout en les faisant participer dans un processus de construction d’une société qui nous est propre permettant à nos décideurs de prendre la bonne voie pour le continent noir qui est longtemps biaisé. Selon lui toujours ce numéro zéro qui est un cadre analytique, permet de confronter à notre propre réalité afin de sortir de l’ornière. « L’Afrique doit aller vers la définition de plus d’autonomie et de souveraineté pour faire des choix adéquats pour aller vers un monde multipolaire qui la permettra de reprendre la main », a-t-il conclu.

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *