add share buttons

Pénurie d’eau à Dakar : Dr Abdourahmane Diouf piste des solutions de sortie de crise 

Se prononçant sur la pénurie d’eau qui sévit dans Dakar, l’ancien Directeur général de la SONES, Docteur Abdourahmane Diouf, qui était l’invité de Rfm-matin, a rappelé «qu’on est passé d’un monopole public ce qui peut se justifier à un monopole privé.» Mieux dira-t-il, «Si dans les années 90 on pouvait comprendre, 20 ans après la situation a complètement changé». Même si M. Diouf rappelle que «l’eau est une ressource qui appartient à l’État comme la licence de téléphonie mobile, la télécommunication etc ». «Cette ressource qui appartient à l’État et qui doit être redistribuée aux Sénégalais doit être faite de manière équitable. On a mis en place un système, l’État qui malheureusement ne joue pas son rôle, la SONES qui n’est pas renforcée, qui n’est pas soutenu par l’État et qui ne peut pas exercé un contrôle efficient sur la SDE. Et la SDE elle-même qui peut-être, n’aurait rien à se reprocher mais dont le respect des cahiers de charge pose problème aussi bien au niveau de la distribution au niveau de la qualité», a déploré Dr Abdourahmane Diouf. Qui recommande ceci: «Maintenant je pense il faut aller à une redistribution des rôles. La ressource appartient à l’État du Sénégal, le patrimoine appartient à l’État du Sénégal, les investissements appartiennent aux Sénégalais». «Il faudrait ouvrir l’espace privé pour que la SDE ne soit pas seule. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut écarter la SDE, c’est une société qui a quand même une expérience qui emploie des Sénégalais qui méritent leur travail mais il faut élargir cet espace privé pour donner l’opportunité à d’autres de venir installer pour que la concurrence soit totale et pour que le consommateur sénégalais puisse s’y retrouver», a-t-il conseillé aux tenants du pouvoir.
Donnant l’exemple des télécommunications, Dr Diouf de dire « Non seulement on a trois opérateurs privés majeurs mais en plus récemment on a eu des fournisseurs d’accès internet ». «Je pense qu’il faut aller vers ça, discuter de la question», insistera le responsable politique du parti d’Idrissa Seck.

Par Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *