add share buttons

PÊCHE ARTISANALE: Vers la mise en place d’un Plan d’action régional

Dans le but d’accorder une attention particulière à la sécurité alimentaire et à la pêche artisanale, dans le cadre du programme impact, sécurité, résilience, durabilité et transformation, les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest et du Centre membres du Comité des pêches pour l’Atlantique Est (Copace) sont en conclave a Dakar. Cette rencontre de trois jours (23 au 25 juillet) sera une occasion pour les acteurs venus de plus de 15 pays du continent de discuter et convenir des actions nécessaires afin de mettre en place un Plan d’action pour assurer une pêche artisanale durable dans le contexte sous-régional et régional.

 

Pour permettre à la pêche artisanale de retrouver son lustre d’antan et de continuer à jouer son importance au triple plan économique social et culturel, 15 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre se réunissent depuis ce matin  et jusqu’au 25 juillet 2018, dans la capitale sénégalaise, Dakar, pour réfléchir, discuter, et convenir des actions nécessaires qui pourront les permettre de mettre en place un Plan d’action régional afin d’assurer ce sous secteur de la pêche. La tenue de cette rencontre de consultation dédiée aux pays côtiers d’Afrique de l’Ouest et du Centre membres du Comité des pêches pour l’Atlantique Est (Copace) est conjointement organisée par la Fao et le Bureau interafricain des ressources animales de l’Union africaine (Ua-Bira) en collaboration avec la Commission de la Cedeao et le projet First. Cette consultation vise à faire prendre conscience du rôle important du secteur de la pêche artisanale et de la manière dont cela est pris en compte dans les cadres politiques existants. Selon Ndiaga Gueye, fonctionnaire régional principal de la Fao pour les pêches et l’aquaculture au bureau régional pour l’Afrique basé à Accra, la pêche artisanale avec son importance capitale, emploie un grand nombre de la population active vivant directement ou indirectement de ce métier, avec une écrasante majorité de femmes. « La mise en place de cet instrument international exclusivement dédié à la gestion des pêches artisanales, va améliorer la gouvernance de ce sous secteur de la pêche, tout en permettant aux États et aux organisations sous-régionales de s’y appuyer pour le promouvoir à l’échelle nationale », a-t-il déclaré. M. Gueye a fait savoir aussi, que les directives volontaires qui sont adoptées en 2014, par le Comité de pêche pour couvrir tout ce qui est capture de la pêche artisanale de façon responsable, transformation, commercialisation, vont aussi prendre en compte les dimensions transversales, comme les aspects genres, l’équité sociale et aussi les aspects environnementaux pour permettre la pêche et l’exploitation pétrolière de pouvoir aller ensemble. Pour Babacar Banda Diop, Conseiller technique numéro 1 du ministre de la Pêche occupé : « Cette initiative vise a garantir aux pêcheurs artisanaux et aux communautés la sécurité de jouissance, de l’appui aux marchés et à sauvegarder les droits élémentaires ». Et d‘ajouter : « La contribution de la pêche artisanale dans l’économie sénégalaise n’est pas à démontrer. Raison pour laquelle, cette consultation vient à son heure pour permettre aux pays membres de mettre fin aux contraintes liées à ce métier ».

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *