add share buttons

Emprisonnement de Khalifa Sall : Les jeunes Khalifistes font le procès de la justice

La jeunesse nationale khalifiste, avec comme slogan «Je suis jeunes pour Khalifa, je m’engage», est sorti de leur mutisme en organisant une conférence de presse sur le thème «Décision prise par la CEDEO». Ils n’ont pas porté de gants pour dénoncer l’implication de l’Etat sénégalais dans l’emprisonnement qu’ils jugent arbitraire dans le seul but de couper les racines des ambitions de Khalifa Sall, chef de parti et candidat à l’élection présidentielle.

Après avoir lu le rapport de la CEDEO, la jeunesse Khalifiste par le biais de leur Coordinateur Bassirou Samb, a fustigé le comportement malsain de l’état du Sénégal vis-à-vis de la détention de leur mentor. Ces jeunes ont rappelé à l’opinion nationale comme internationale que le fait d’emprisonner leur candidat n’est rien d’autre que des raisons politiques. Il explique que l’Etat du Sénégal élimine ostensiblement des candidats potentiels. Ce patchwork ourdi par le camp de l’APR par crainte d’être battu à la veille des élections prouvent encore le côté obscur du le régime en place qui fait dans le tâtonnement sans vision ni de programme clair afin de sortir de le peuple sous la pauvreté.
Bassirou Samb est revenu sur les scandales financiers, la mal gouvernance, l’accaparement des ressources sénégalaises aux étrangers, la chasse aux sorciers, l’extrême pauvreté qui sévit la population. Ce dernier affirme que leur candidat est en bonne posture pour remplacer le président de l’APR. C’est pour cela qu’ils font recours à la détention arbitraire. La jeunesse khalifiste confirme que ce procès est purement maculé de la politique-politicienne et d’autres. Les ambitions de Khalifa Sall pour construire des ponts et des aqueducs, en somme une merveille, sont détruites en salissant le nom de leur porte bonheur. « Khalifa est blanc comme la neige, aucune souillure s’attache à son corps » disaient-ils
Leur coordinateur d’affirmer que la détention arbitraire Khalifa Aboucar Sall s’explique à travers la violation de ses droits d’être assisté par ces avocats lors de son arrestation; en tant que député, la justice a bafoué les règles d’exercer ces fonctions concernant l’immunité parlementaire. L’Etat du Sénégal fait du je m’en foutaise sans respecter les droits des autres. C’est pour la cause que la CEDEO qui est institution juridique internationale est au-dessus par rapport à notre juridiction, ordonne l’état du Sénégal de donner vie pour qu’il respire de l’air pur et de réparer le endommagement notés lors du procès en payant une rançon bien fixée par la CEDEO sinon ils vont sortir de l’ombre et forcer la justice sénégalaise de libérer dans l’immédiat leur candidat.

Par Moustapha CISSE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *