add share buttons

Affaire des jeunes de Colobane :Les rescapés sous la menace d’une arrestation

 

Le jeune Limamoulaye par ailleurs cousin de Gattuso ne dort plus du sommeil de juste. Après son émigration suite à la manifestation qui a occasionné la mort du policier Fodé Ndiaye,  Limamou Fall ne peut plus revenir au bercail à cause d’une menace d’arrestation qui pèse sur lui.  Sept ans après sa fuite, il n’a plus revu sa mère qui ne cesse de le pleurer

L’affaire des jeunes de Colobane n’a pas encore connu son épilogue. Malgré la libération de ceux qui étaient emprisonnés, c’est encore le qui vive chez ceux qui ont réussi à filer entre les mailles de la justice. C’est le cas de Limamoulaye Fall émigré en Italie depuis la genèse de cette affaire. Aujourd’hui, ce jeune ne peut pas revenir au bercail de peur d’être poursuivi à son tour. Selon  les confidences de sa mère, la police fait souvent des descentes inopinées chez elle pour demander après son fils. «Cela fait 7 ans aujourd’hui que je n’ai pas vu mon fils. Il me manque beaucoup, mais il ne peut pas revenir  de peur d’être arrêté par la police» a confié sa génitrice.  A en croire la bonne dame, la dernière visite des limiers remonte au 29 janvier dernier coïncidant avec la date d’anniversaire de la mort du policier Fodé Ndiaye. «Ce jour,  les policiers étaient venus voir s’il y’aurait une manifestation des jeunes de Colobane» a –t-elle révélé. Le jeune Limamoulaye Fall a une  peur bleue de revenir chez lui a expliqué en outre sa maman Seynabou Diop qui dit avoir la nostalgie de son fils.

Pour rappel, suite à la manifestation des populations contre la 3e candidature du président Abdoulaye Wade, organisée par le M23 à la place de l’Obélisque, le jeune policier Fodé Ndiaye, un élément du Groupement Mobile d’Intervention a trouvé la mort dans les ruelles de Colobane. L’enquête ouverte le 29 janvier par les policiers a permis d’interpeler 6  jeunes de ladite localité. Il s’agissait de Cheikh Sidaty Mané alias Gattuso, Cheikh Diop, Babacar Diallo entre autres. Jugés devant la cour d’assise pour plusieurs chefs, ces jeunes de Colobane étaient condamnés 20 ans de  travaux forcés avant d’humer l’air de la liberté suite à l’appel qu’ils ont interjeté.

T kA /senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *