add share buttons

Affaire Mame Mbaye Niang « Prodac »: Et si force reste à la loi ?

Au fond de sa cellule de la prison de Rebeuss et dans ses appartements huppés de Qatar, Khalifa Ababacar Sall et Karim Wade vont certainement rire sous cap en apprenant que l’un de leurs détracteurs le plus virulents, est empêtré ou cité dans une affaire de détournement. Mame Mbaye Niang « Prodac » puis que c’est de lui qu’il s’agit, n’a cessé sous les fameux brûlants dossier de la traque des biens mal acquis et de la caisse de la ville de Dakar, de faire des sorties pour enfoncer ses personnalités précités. Il s’est montré toujours dans ses déclarations à la presse comme rigoureux en ce qui concerne la gestion des deniers publics. Raison pour laquelle il,  le ministre du Tourisme démissionnaire, s’auto donnait le qutuis d’être irreprochable. Mais hélas !  Le leader de la Convergence des jeunesses républicaines n’en est pas ou du moins il est loin d’être ce sage vieux (Mame) si on se réfère des graves accusations qui sont sur ses épaules.

Toujours au front avec un discours très salé voire attentoire à l’endroit de Khalifa Sall comme Karim Wade, Mame Mbaye Niang pour prévenir aux partisans de ces derniers, disait « force reste à la loi ». N’est ce pas Monsieur le ministre, force restera à la loi pour tirer cette affaire au claire.  Votre démission du gouvernement saluée par d’aucuns et la sortie de vos « amis » qui tentent de vous laver en grande eau, ne pourront jamais vous effacer ce que les compatriotes en pensent de vous de des gravissimes accusations.  Comme vous avez l’attitude de conseiller à Karim Wade et à Khalifa Sall, nous vous disons cher jeune ministre, allez chercher de bons avocats. Aucune victimisation, aucun soutien aucune solidarité gouvernementale ou parti ne pourront vous blanchir dans ce contexte. Force reste à la loi n’est ce pas L’âme ! Donc que le président de la République Macky Sall de la même chose pour Khalifa Sall a l’obligation de transférer votre dossier au procureur de la République. La loi doit être dite dans toute sa rigueur dans cette affaire pour que le véritable ou les véritables coupables soient sévèrement punis.

Par Souleymane SANE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *