add share buttons

Convocation de Sonko ce mercredi: Le mot « résistance » ne fléchit pas chez les patriotes

C’est encore ce lundi que leader de Pastef les patriotes, Ousmane Sonko est convoqué par les enquêteurs de la Section de recherche de Colobane pour certainement l’attendre sur l’affaire du viol suivi de menace de mort dont il est accusé. En effet cette seconde convocation intervient quelques jours après la levée de l’immunité parlementaire du député opposant par l’Assemblée nationale. Contrairement à la première convocation du 8 février dernier, le jeune leader de l’opposition a d’après sources, déchargé comme quoi il a reçu le texte de la gendarmerie. Maintenant il reste à savoir s’il va déférer ou pas tandis que il a déjà dit en haute voix lors de sa dernière déclaration à la presse qu’il ne va pas répondre à la justice vue la procédure de lever de son immunité parlementaire, est entachée de vices. Pis, Sonko a martelé qu’il récuse le juge d’instruction du 8 ème Cabinet, Mamadou Seck, le juge d’instruction Samba Tall et le procureur de la république Serigne Bassirou Gueye.

À 24 heures de sa convocation à la gendarmerie, les partisans de Pastef semblent plus que jamais déterminés à en découdre avec le pouvoir. Pour eux c’est à dire les militantes et militants, sympathisants de Sonko, il n’est pas question de déférer quelconque convocation. Et le mot « résistance »  une expression guerrière, sortie par Sonko lors de ses deux grandes orales dans cette affaire, n’affaiblit pas chez les internautes pastefiens qui écument en masse sur le réseau social Facebook. Ces pro-Sonko qui ont déjà donné en affrontant les forces de l’ordre le 8 février dernier, semblent prêts à encore barrer la route en cas d’une irruption des policiers ou gendarmes chez leur leader pour l’amener en force chez Mamadou Seck, le juge d’instruction. Conscients du danger qui guette leur leader en déférant une convocation, les patriotes d’ici et d’ailleurs de la diaspora, se mobilisent depuis des jours pour apporter un soutien sans faille à Sonko. Présent dans toutes les localités du pays, le parti Pastef a su avec  cette affaire qui menace la candidature de leur leader en 2024, s’organiser avec des manifestations par ci et par là pour averit les autorités.

Face à ceux qu’ils appellent une « machination » et un « complot » ourdi par Macky Sall et son clan pour liquider un adversaire sérieux en 2024, les partisans de Sonko appuyés par les mouvements citoyens (Y’en a marre, la nouvelle alliance le peuple, Frapp etc), les religieux de tous bords et une bonne frange de la population sénégalaise convaincue de la thèse du complot, ont de quoi à donner demain mercredi ou les jours à venir du fil à retord aux autorités étatiques. Car en dépit des nombreuses arrestations depuis l’éclatement de cette affaire, la détermination des partisans de Sonko est de mise.

En tout cas, si Sonko est toujours dans sa ferme volonté de ne pas répondre à la convocation et que le pouvoir veut utiliser la force pour le conduire chez le juge, il va s’en dire l’affrontement sera inévitable.

Par Souleymane SANE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *