add share buttons

PRESIDENT MACKY SALL, L’AUTORITÉ PAR L’ÉMERGENCE ET LE SILENCE

« Mon fils, si tu sais être bon sans être pédant, si tu sais être courageux sans être imprudent, ni être en rage, si tu sais entendre tes paroles travesties par des gueux, si tu vois en un seul jour détruire l’ouvrage de ta vie et te mettre à rebâtir, tu seras un homme mon fils » disait un jour le grand penseur et écrivain britannique Reaw Kipling à son fils face à l’adversité parfois inouïe des gens qui s’opposent aux hommes qui travaillent sans véritablement s’opposer avec pertinence. Comme quoi, ce n’est pas à l’opposition d’imposer le débat pour divertir le régime et l’opinion publique nationale sur la volonté irréductible du Président Macky Sall, décidé à inscrire sur du marbre son nom parmi les bâtisseurs du Sénégal post indépendance.
Et pour régler un problème, il faut en connaître l’historique. Car en rebobinant le film de l’histoire politique, on voit que Son Excellence Monsieur Macky Sall est le premier Sénégalais, Chef d’Etat né après l’indépendance du pays qu’il a la grâce par Allah de diriger aujourd’hui. Un pays qui, bien avant lui, était une colonie française. D’ailleurs pour peu qu’on convoque l’histoire, on se rend aisément à l’évidence que les Français dans leur schéma colonial avaient privilégié Dakar, Saint-Louis, Gorée et Rufisque. Parce que ces 4 communes sont adossées sur l’Océan Atlantique avec comme particularité que notre actuelle capitale est une ville amphibie, aquatique, balnéaire, présentant un fort intérêt économique et commercial de la métropole tournée autour de la mer. Le reste du Sénégal était un désert laissé dans la précarité et la pauvreté.
Avec l’arrivée du Président Macky Sall, on a assisté à une démocratisation des ressources du pays à travers des programmes qui répondent de sa vision comme le PUMA en vue de mieux s’occuper des localités longtemps délaissées par les autorités coloniales. Il en est de même pour le PUDC qui a inauguré une révolution dans le monde rural qui s’est vu doté de matériels agricoles, de forages et de pistes de productions. A ces programmes viennent s’ajouter les 300 mille familles bénéficiaires du programme de bourses familiales. Que d’injustices réparées à la faveur d’une politique bâtie autour des valeurs républicaines qui voudraient que les citoyens dans leurs localités respectives puissent se sentir pris en compte par le pouvoir central à travers des mécanismes de gestion des affaires publiques. Que de frustrations éradiquées par un Président de la République, pur produit de l’école publique sénégalaise en ce sens qu’il incarne l’exemple achevé de ce que l’enseignement supérieur au Sénégal peut présenter au monde.
Tout le pays est en chantier. Et ce n’est pas en ce moment où Dakar tapie de ses infrastructures de dernière génération qui en ont fait une destination attrayante par un changement véritable de la carte postale qu’il faut briser l’élan de construction au profit des réactions épistolaires et épidermiques d’une opposition professionnelle de palabres.
Davantage de courage et de silence Monsieur le Président ! Surtout qu’aujourd’hui vous avez focalisé votre action politique sur l’emploi des jeunes et le changement de la condition des femmes qui représentent la démographie dominante.
Chers citoyens, l’heure du réveil à sonné pour barrer la route aux fossoyeurs de l’ordre républicain et de l’émergence portés par Son Excellence le Président Macky Sall.
Vous êtes dans le peuple tant que vous demeurez imperturbable sur votre ligne d’action qui a pour leitmotiv le changement de la condition de la femme, de l’enfant et de la jeunesse de votre pays.
Davantage de silence ! Le Président travaille, point de bavardage.

Cheikh Sall, Directeur du Centre des œuvres universitaires et sociales de Thiès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *