add share buttons

Cheikh Ndiaye: « Dieu Merci, l’hivernage 2020 n’est pas COVID-19 et tous les espoirs sont permis ! »

« Dieu Merci, l’hivernage 2020 n’est pas COVID-19 et tous les espoirs sont permis ! ». Tel est l’enthousiasme qui anime actuellement Cheikh Ndiaye responsable de l’Apr par ailleurs Conseiler municipale et Conseiller Spécial au CESE en cette période pluvieuse où les signaux d’une bonne saison agricole sont prometteurs dans toute l’étendue du territoire.

 

 

Très au fait du déroulement de ce présent hivernage pluvieux, M. Ndiaye rappellera : « S’il y a un secteur où l’on redoutait fortement les effets néfastes de la COVID 19 en raison des actifs importants (+ de 60% de la population) et des conséquences économiques et sociales qui pourraient en découler, c’est bien le secteur primaire restreint avec l’agriculture et l’élevage ». Poursuivant, le collaborateur de la présidente du Cese Aminata Touré compare:  « À cette date, quasiment tous les postes pluviométriques sont excédentaires comparés à l’hivernage 2019 ». Mieux, se réjouit Cheikh Ndiaye, « Globalement, toutes les cultures se comportent bien et les rendements sont très prometteurs ( on touche du bois) ».

« Pour l’élevage, un petit tour dans le pays suffit pour apprécier l’abondance du fourrage et tous les risques d’une crise alimentaire prédite s’éloignent à pas de géant », souligne l’ancien Conseiller à la Présidence de la République.  À en croire M. Ndiaye, « Déjà dans le cadre du plan de résilience économique et social (PRES ) mis en place par le President Macky SALL, le sous secteur de l’élevage avait bénéficié d’un soutien appréciable de plus de 3 milliards ». « À cet effort étatique, reconnaît-il, les pluies précoces obtenues auront été d’une contribution inestimable avec un tapis herbacé bien développé ».

« Comment ne pas alors rendre Grâce à Dieu ? », dira le responsable politique de l’Apr de Grand Yoff. Qui rappelle: « La peur était tangible mais dans sa Misericorde infinie, Lui, nous épargna de ce scénario catastrophe que beaucoup de senégalais redoutaient ». « Comment ne pas féliciter et encourager SEM Macky SALL pour cette foi et cette vision que l’agriculture et l’élevage doivent être des poumons de notre économie en mettant plus de 60 milliards exceptionnellement cette année pourtant très difficile financièrement pour les recettes contre 40 milliards en 2019 », a-t-il mentionné soulignant « À la date d’aujourd’hui et quand on voit toutes les surfaces qui peuvent encore être emblavées pour des spéculations comme les pastèques, le niebé et autres, et les cultures horticoles en perspectives qui débuteront dès Octobre avec une nappe bien remplie, il y a lieu de nourrir l’espoir que notre taux de croissance ne pourra chuter tel que prévu ».
Toujours selon Cheikh Ndiaye, « L’annee 2020 n’aura pas été totalement perdue et l’espoir renaît avec cet hivernage 2020 hors de portée de la COVID-19 ».  « Et c’est bien justement que les sénégalais doivent retourner à la terre pour produire et nous prémunir d’un monde où les crises de toutes sortes, jadis cycliques, sont devenues permanentes. Toutes les autosuffisance doivent être des priorités de tout le monde, pas seulement et exclusivement de l’État, tel quil est perçu au Sénégal. Notre souveraineté, est d’abord et avant tout alimentaire. Un sénégalais est une bouche à nourrir mais deux bras pour travailler », a-t-il conclu.

 

Par Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *