add share buttons

Pudc, Puma, Promo-Villes: Le trompe-l’œil des projets de Macky Sall au Fogny

La dernière manifestation de l’Union nationale pour le développement du Fogny (UNDF), dans les rues de Sindian dans le département de Bignona, réclamant du gouvernement des conditions de vie meilleure pour les populations, illustre à suffisance l’échec des projets du président Macky Sall annoncés en fanfare en Casamance. En effet, la marche organisée par Ibrahima Anelka Sané et camarades arborant le jeudi les foulards rouges en signe de colère à l’endroit des autorités étatiques, semble révolutionnaire pour une contrée jadis très indifférente pour son sort. Situé dans le plus grand département de la Casamance,  le Fogny aussi plus large que les autres subdivisions de Bignona, est aujourd’hui désœuvré de toutes infrastructures de base. Nonobstant des projets notamment le Pudc, le Puma ou Promoville, annoncés en Casamance sous le régime de Macky Sall souffre toujours. La preuve, les routes sont quasi impraticables en cette période de l’hivernage voire pendant toute l’année. Une situation qui a vraisemblablement poussé les jeunes à s’organiser pour porter le combat. Et en marge de la manifestation du jeudi passé, les populations qui étaient sorties massivement, ont interpellé directement le président Macky Sall. Ce après avoir désavoués leurs leaders politiques locaux qui ne sont que leurs poches ou intérêts, la jeunesse consciente de sa responsabilité face cette situation a pris son courage en deux mains.

Pour eux c’est inadmissible ce que le Fogny vit dans cette situation depuis des indépendances à nos jours. Sans exception, tonnent en chœur les manières, aucune des les localités de cette belle et riche partie de la Casamance, n’a bénéficié des projets dignes de l’État. De l’éclairage, aux structures sanitaires au raccordement en eau, la situation reste préoccupante. À croire le président de l’Undf, Ibrahima Anelka Sané, les postes de santé de Sindian et de Djibidione ne sont que de nom. Car, expliquera-t-il, certains malades ne peuvent être pris en charge que dans les hôpitaux de Bignona ou de Ziguinchor. Et là déplore le tonitruant Anelka, l’état piteux et chaotique des routes, ne facilite pas à évacuer normalement les malades.

Alors que ces projets créés par Macky Sall depuis son arrivée et dont la deuxième phase du Pudc lancé en 2019 en Casamance, semblent être un trompe-l’œil. Car des villages entiers sont toujours plongés dans les ténèbres, sans eau encore de structures de santé. À l’image du grand village Mangoulene qui n’a ni eau ni électricité, des localités de cette contrée, s’impatientent 60 ans de voir le bout du tunnel.

Poids électoral le plus important du département de Bignona, le Fogny qui aiguise des appétits entre différents candidats à chaque élection présidentielle, ne connaît pas encore l’émergence. Des projets de l’État restent chimériques aux jeux des populations qui trouvent désormais une trouvaille avec ces manifestations dans les rues pour revendiquer leurs droits.

 

Par Souleymane SANE/Senpresse.net 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *