add share buttons

JOURNÉE SANS TABAC : La communauté internationale se mobilise contre les maladies cardiovasculaires

Le 31 mai de chaque année, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et ses partenaires marquent la Journée mondiale sans tabac, en soulignant les risques sanitaires et autres risques associés au tabagisme. Pour cette édition, les acteurs se mobilisent contre les maladies cardiovasculaires, tout en plaidant en faveur de politiques efficaces pour réduire la consommation de tabac.

«Le tabac et les cardiopathies», tel est le thème choisi cette année à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac qui sera célébrée ce 31 mai 2018, par la communauté internationale. La campagne permettra de sensibiliser davantage sur les 5 millions de décès attribuables au tabagisme chaque année dans le monde, dont 35 % par maladies cardiovasculaires, soit deux fois plus que par cancer du poumon. Fumeur actif ou passif, tous sont concernés par ce danger. Plus d’un (1) décès cardiovasculaire sur dix (10) dans le monde peut être attribué au tabagisme, ce qui représente la plus importante cause de mortalité cardiovasculaire évitable. Il est aussi le facteur essentiel et souvent isolé des accidents coronaires aigus des sujets jeunes. Plus de 80% des sujets présentant un infarctus du myocarde avant 45 ans sont fumeurs. Il intervient sans seuil d’intensité ou de durée de consommation, y compris pour les consommations modérées ou faibles, et dans le cadre du tabagisme passif. Selon un communiqué qui est parvenu, la consommation du tabac est dangereuse. Les conséquences générales des produits du tabac sur la santé, en Afrique comme partout dans le monde, incluent les cancers du poumon, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies respiratoires et d’autres maladies liées au tabac. Raison pour laquelle, pour limiter les dégâts, La Journée mondiale sans tabac de cette année va coïncider avec une série d’initiatives et d’occasions mondiales visant à lutter contre l’épidémie de tabagisme et son impact en matière de santé publique, particulièrement en provoquant la mort et la souffrance de millions de personnes dans le monde. Parmi ces actions menées, figurent notamment les initiatives « Cœurs mondiaux » et « Resolve » dont l’objectif est de réduire les décès dus aux maladies cardiovasculaires et d’améliorer les soins ; ainsi que la troisième réunion de haut niveau de l’Assemblé générale des Nations Unies sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles, prévue en 2018.
Le tabac, une menace de la santé cardiaque dans le monde
La Journée mondiale sans tabac 2018 sera axée sur l’impact du tabac sur la santé cardiovasculaire des populations dans le monde entier du fait que le tabagisme est un important facteur de risque pour l’apparition de cardiopathies coronariennes, d’accidents vasculaires cérébraux et de maladies vasculaires périphériques. Cependant, malgré les effets nocifs connus du tabac sur la santé cardiovasculaire, ainsi que l’existence de solutions permettant de réduire les décès et les maladies connexes, une grande partie du public à une faible connaissance du fait que le tabac est l’une des principales causes de maladie cardiovasculaire. On sait parfaitement que la moitié des fumeurs réguliers aujourd’hui, environ 1 milliard de personnes, lit-on dan le document, finiront par mourir du tabagisme. Il est tout aussi alarmant de constater que des centaines de milliers de personnes qui n’ont jamais fumé meurent chaque année de maladies dues à l’inhalation de la fumée des autres.

Ainsi, fumer implique aussi la santé de son entourage, celui que l’on côtoie tous les jours, au travail, chez nous et dans les lieux publics. En effet, la moitié des fumeurs consommant plus de 15 cigarettes par jour meurent d’une maladie liée au tabac et des milliers de fumeurs passifs en décèdent tous les ans. Au Sénégal, 52 % des maladies cardiovasculaires du sujet jeune sont liés au tabac et, « 25% de la population est hypertendue, et les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez l’adulte ». Une raison de plus pour la Listab d’inviter l’État du Sénégal à déployer des efforts très appréciables pour que les malades en général reçoivent de bonnes prises en charges dans les établissements sanitaires, tout en engageant la société civile qui lutte contre le tabac au Sénégal, en Afrique et dans le monde à se mobiliser autour des liées au tabac.

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *