add share buttons

Macky Sall attention aux larmes du diplômé qui vent des cordes de moutons (Ngoné Mbaye)

Dans une nuit de chaleur je surfais sur les réseaux sociaux j’ai vu une dame brave qui se dit être bardée de diplômes et qui ne trouve pas d’emploi. Je n’ai pas pu continuer cette video parce que j’ai versé de chaudes larmes et j’ai pas dormi cette nuit-là à cause de ça souffrance oubien de notre souffrance nous les jeunes de ce pays le Sénégal. J’ai beaucoup d’admiration pour vous mon président de la République mais sache que tous les signaux sont au rouge pour une désespérance de cette jeunesse calme et respectueuse des valeurs de la République.

Ces derniers temps, On note plus d’immolations ou les tentatives d’immolation au sénégal, mais on a noté lors de votre premier mandat des immolations de jeunes sénégalais, le cas de ce jeune immigré qui croupissait en prison jusqu’à en perdre sa main me revient en tête . On connaissait déjà le phénomène « kamikaze » par lequel quelqu’un se donne la mort en tuant. Mais l’immolation de protestation est un phénomène inédit dans nos pays trés croyant. Dépourvu de toute signification « religieuse » ou « sacrificielle », le geste se veut plutôt une prise de parole, un acte posé pour dire « assez » ou pour dire « non ». Il ne peut être dés lors apparenté à une forme de « jihad » pour une quelconque « cause », non plus a fortiori à un simple « suicide ». Ces jeunes Sénégalais qui s’immolent cherchent avant tout à mettre leur désespoir en scène. Peut-être pensent-ils éveiller par ricochet leurs propres peuples respectifs et les mettre en marche, à l’instar de ce jeune Tunisien de Sidi Bouzid qui s’est immolé le 17 décembre 2010, déclenchant le tremblement de terre politique en Tunisie qui a fini pour emporter le régime tout entier.

Dans tous les pays de l’Afrique de l’ouest , désormais, le Mali est « dans les têtes ». Les manifestations se multiplient, menées souvent par des jeunes. Le régime de Macky Sall en bon sénégalais tente de les étouffer dans l’œuf soit par l’organisation de combat de lutte pour distraire la banlieue et bizarrement en pleine crise économique on constate des affiches de luttes sont montées à coût de millions par le promoteur Gaston Mbengue très proche du pouvoir ou par une générosité de pompier de abdourahmane baldé loura dans le cas du recrutement de la dame Ngoné Mbaye . Ce que je peux dire sur le cas de Ngoné Mbaye les pompiers ne sont pas généreux ils éteignent le feu qui peut se propager partout dans le Sénégal. Et enfin le régime trouve des solutions provisoires à des problèmes très graves comme celui de Ndingler.

Certaines manifestations ont été jusqu’ici contenues, voire matées par une police aguerrie. Mais les régimes sont aux abois et tremblent car ils sentent que leurs peuples trépignent d’impatience et sont à bout de nerfs. Pour les régimes ouest africains ou de la CEDEAO, le rêve de la jeunesse malienne est un cauchemar. Aussi se sont-ils empressés d’aller vite au mali pour soutenir leur homologue Ibrahima Boubacar Keita (IBK) : Pour des négociations qui ont un seul but de maintenir IBK au pouvoir méme si je ne suis pas pour un état islamique au Mali

Mais le mal est structurel : il est en partie lié à la « vie chère » et à l’érosion du pouvoir d’achat par l’inflation , et il est surtout lié à une « lassitude générale » de populations sénégalaises 50 % de jeunes de moins de 20 ans fatigués de leurs gérontocraties corrompues , mais se sont surtout révélées politiquement ineptes et économiquement incapables de nourrir leurs peuples et de leur offrir un meilleur horizon.

Rien d’étonnant dés lors que le Mali soit maintenant « dans la tête de tous les africains »,

La révolution démocratique dans nos pays ouest africains est-elle possible ? Oui, elle est possible parce que beaucoup de pays africains souffrent des mêmes maux : les manques (de liberté et d’emploi) et la peur (du contrôle, de la répression, de la torture, de perdre la terre de leur ancêtres ). Semblable révolution, impensable il y a quelques mois, est entrain de guetter IBK au Mali, Alpha Condé en Guinée et Alassane Ouattara en Cote d’Ivoire . Le malaise social et politique est perceptible partout dans cette grande CEDEAO. Aucun pays de la Cedeao n’est donc à l’abri. Nul ne doute qu’une révolution finira par abattre un régime de la Cedeao avec une « coloration locale ».

Donc, si les pays fricains ont en commun des problèmes identiques, les choses, dans la réalité, sont plus complexes et diverses, ce qui restitue à la révolution malienne« toujours en cours » son originalité malienne. Que les prières des grands marabouts de ce pays soient exaucées pour que le Sénégal vive dans la paix et la justice.

Bonne fête de tabaski avec des moutons qui ont des cordes de 500f pour bien les attachés.

Ibrahima Faye
Ibrahimalafayette@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *