add share buttons

Mangoulène : Un village à mille problèmes!

Les anciens étudiants de Mangoulene, sous la présence effective de l’honorable député Moussa Sane, fils du village, ont tenu un hier, un panel sur le thème: «L’Organisation de Mangoulene: Forces et faiblesses », qui a pour objet de pousser la population à réfléchir autour de fortes thématiques qui tournent notamment sur l’unité, la cohésion, etc en vue de trouver rapidement les voies et solutions de salut pour le développement de leur terroir. C’est dans cette perspective que Nassirou Sané, un des initiateurs de cette nouvelle retrouvaille, a invité les populations à s’enquérir de la situation et à chercher résolument ensemble la voie du développement.

Je m’engage ! Tel est le slogan lancé par l’Association des anciens étudiants (AEM) de Mangoulene. Ces derniers ont tenu hier leur deuxième panel en présence des représentants de différentes entités dans le dessein d’apporter des réflexions afin de proposer des alternatives adéquates pour le développement de Mangoulene.
Situé à six (06) kilomètres de la commune de Bignona, dans la région de Ziguinchor, Mangoulene est un village enclavé et dépourvu d’infrastructures de base notamment de poste de santé, d’eaux, de routes bitumées y compris de panneaux d’électricité. C’est du moins ce que Nassirou Sane nous souffle à l’oreille. Magistrat de son état, ce natif de Mangoulene estime que les habitants de leur village rencontrent d’énormes difficultés pour sortir la tête de l’eau. Pis, révélera-t-il, ce grand village de la Casamance voire du Sénégal, émietté, n’existe pas dans les fichiers administratifs. « Mangoulene existait en tant que village et entité reconnue administrativement. Ce village aujourd’hui est en train de disparaitre. », alertera le jeune magistrat. Poursuivant Nassirou Sané renseigne : « La division entraine sans doute les problèmes du monde s’agissant à développer le village ».
Même son de cloche chez le député Moussa Sane. Pour lui, la division administrative de Mangoulene ne facilite pas la tâche aux autorités d’électrifier ou encore de bitumer les routes encore moins d’installer des tuyaux qui règleront définitivement le problème de l’eau. «Nous sommes en train de mener des réflexions pour éradiquer les problèmes de l’électrification, le problème de l’eau ainsi le problème des routes », informe le député du Département de Dakar.
L’Enseignant-Chercheur à l’Université CheicK Anta Diop dans le Département de mathématique et d’Informatique n’est pas en reste. Selon M. Manga, les problèmes de Mangoulene doivent se résoudre par les habitants eux-mêmes. « Il faut contribuer par les idées, mais également par l’investissement au développement du village. Et c’est seulement à travers des projets tels que : la construction de routes, l’électrification et l’addiction à la distribution des réseaux du quota », soutient l’ancien Coordinateur des anciens étudiants de Mangoulene.
Pour pallier à ces problèmes, les cadres appellent à la population de Mangoulene à la convergence à l’unité, socle de tout développement. Dans leurs indifférentes interventions ces derniers estiment que la renaissance des entités existantes autrefois, ne concourent pas au développement du village. Raison pour laquelle, Nassirou Sané et camarades invitent solennellement aux populations à travailler dans la mesure du possible pour avoir un seul chef de village avec des délégués de quartier.
Par ailleurs, l’Amicale des anciens étudiants de Mangoulene, initiatrice de cette réunion, compte organiser des panels au mois d’août au village, à Ziguinchor et partout où se trouvent des fils de Mangoulene.
En sus, les habitants de Mangoulene vont porter le flambeau en discutant sur des questions liées au développement telles que : l’agriculture, l’élevage et l’éducation.
Pour rappel, la rencontre des anciens étudiants de Mangoulene qui a mobilisé autant la remuante Fédération des jeunes de Mangoulene de Dakar (FJMD) que les notables, a vu la participation d’une délégation venant de Ziguinchor.

Par Moustaph CISSE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *