add share buttons

Covid19 au Sénégal-Entre Recrudescence des cas de contamination et surmortalité: Un sursaut national de conscience s’ impose.

Depuis l’apparition de la Covid-19 au Sénégal le 2 mars 2020, 6698 cas positifs ont été notifiés dans le pays. Ils sont répartis entre 4341 guéris, 108 décédés et 2248 patients sous traitement.

Le mois de juin ou mois « du relâchement » a battu le record avec 66 décés supplémentaires: De 42 décés enregistrés le 1er juin, il a fallu 25 jours pour franchir la barre des 100. La vitesse à la laquelle le nombre de morts a augmenté devrait largement nous édifier sur la difficulté pour nos sodats de santé à maitriser la situation.

Le virus continue ainsi sa progression dans le pays à une vitesse incroyable avec son lot de nouvelles contaminations, de nombreux cas graves et malheureusement de nombreux décès.
Ne nous voilons pas la face, le pays est désormais entré dans une phase dangereuse qui s accentue inexorablement avec le relâchement engendré par le déconfinement.
La situation de Dakar, devenue le foyer de l’épidémie du coronavirus avec plus de 4000 cas enregistrés, appelle aujourd’hui au retour des règles coercitives, mieux à un isolement tout simplement de la capitale.

Est il possible de juguler cette tendance à la propagation du virus?
La stratégie de lutte ne devrait elle pas être revisitée?
Cette surmortalité à la quelle nous assistons impuissants ne doit t elle pas sonner comme un carton jaune, pour les autorités mais également pour les plus septiques?
Comment s y prendre et comment faire comprendre aux populations que l’heure loin d étre au relâchement est plus que jamais au respect des mesures barrières?
Des questions cruciales qui méritent des réponses claires.
Et que dire de l’ état d urgence prolongé et qui prend fin aujourd’hui 28 ? Des frontières sénégalaises fermées jusqu au 30 juin, donc demain ?
Oui, le délai de conformité de la loi d’habilitation, assortie d’une prolongation de 3 mois de l’état d’urgence, qui donnait les pleins pouvoir au président Macky Sall de gouverner par ordonnances arrive à expiration. Le peuple retient son souffle: Sera t elle prolongée ou tout simplement abandonnée?
Les raisons qui ont motivé l instauration de ces mesures d’urgence ne sont elles pas toujours présentes?
Une décision qui devrait en tous les cas être mûrement réfléchie car, elle impactera à coup sûr sur le combat contre ce fléau.
Toujours est il que, pour véritablement endiguer cette contagion alarmante, des mesures fortes s’ imposent.

Fatou Niang
Journaliste
Spécialiste en communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *