add share buttons

Après les assises de l’île Maurice : L’Ansts choisie pour l’organisation de la 2ème Conférence sur les océans

Après les recommandations issues des assises de l’Île Maurice tenues en 2016, l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, sous l’égide du ministère de l’Enseignement Supérieur, a été choisie pour organiser la deuxième conférence internationale sur les océans. Cet événement qui va durer deux jours, est une occasion pour les académiciens de se pencher à une consultation nationale afin de mieux intégrer les connaissances dans la prise de décisions en Afrique.

Dans le but de mieux préparer la deuxième conférence internationale sur les océans dont le Sénégal a été choisi pour la piloter, à la suite de la première qui a été tenue à l’Île Maurice, l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts), a décidé depuis hier et pour deux jours d’organiser une consultation nationale sur les océans. Axée sur le thème : « L’importance de l’avancement des sciences de l’océan et la nécessité de mieux intégrer les connaissances dans la prise de décisions en Afrique », cette rencontre va passer par la science et la technologie pour aborder cette question des océans qui est très large et englobe beaucoup de secteurs notamment la pêche, le tourisme, le transport maritime. Mais aussi il s’agit du gaz et du pétrole et toutes activités qui touchent les communautés et les populations qui les utilisent. Cette consultation de deux jours n’est rien d’autre qu’une manière de voir comment est-ce que la science peut aider à trouver des solutions à ces questions qui aujourd’hui nous interpellent pour l’avenir de la planète. Il s’agit des changements climatiques qui engendrent l’érosion côtière et d’autres questions très importantes pour le développement du Sénégal. Selon le Professeur Saliou Diop, coordonnateur scientifique de la consultation nationale, des recommandations seront établies à l’issue de ces deux jours et seront utilisées par les décideurs pour favoriser une symbiose entre les sciences et la prise de décisions pour créer une partition des deux afin de faciliter le rôle de gestion durable des océans qui constituent 71 % soit les 2/3 de la superficie du globe. L’objectif de la consultation nationale, dira-t-il, est d’enrichir « les cinq thématiques proposées que sont les questions émergentes, socio-économiques et durables, les questions de ressources, juridiques et politiques et le rôle de la science et de la technologie, par une réflexion approfondie de l’expertise nationale sur les questions traitées ».
Pour Pr Alioune Ndiaye, le gouvernement du Sénégal a choisi de faire de la science et de la technologie le moteur de son développement. « Raison pour laquelle, cette consultation nous interpelle tous pour l’atteinte des objectifs durables », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter : « Elle est une nécessité absolue, permettant de mobiliser également la communauté scientifique du Sénégal pour mettre les sciences, la technologie et les innovations au cœur et une gestion rationnelle durable de l’écosystème marin et des ressources qui s’y trouvent ».

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *