add share buttons

SITUATION DES ENFANTS AU SENGAL: L’ASSOCIATION PROTEGEONS LES ENFANTS sonne l’alerte

Dans le cadre de son cycle de conférence, l’Association Protégeons les Enfants (APE), a tenu un cercle de concertation sous la présence des seigneurs éclairés : Moustapha NIASS, Mame Ndongo LAYE et Abdou Aziz FALL, abordant le  thème de : Position de l’Islam face à la protection des enfants, avec des sous thèmes comme : Situation des enfants au Senegal : ou sommes-nous ? ; Éducation des enfants selon l’Islam ; rôles et responsabilités des familles dans la protection des enfants,  à Camberene.

A titre de rappel, l’association Protégeons les Enfants (APE) regroupe des personnes physiques de tout âges, qui sont animés d’un engagement volontaire, d’un esprit humanitaire et de l’idéal d’une vie saine et harmonieuse dans une ambiance de bien-être et de paix durable par des actes concrets. Mais également l’ambition de regrouper tous les volontaires animés d’un esprit humanitaire autour de cette association. L’association a comme toile de fond une vision sanitaire, environnementale, économique sociale et humanitaire évidente pour le monde des enfants, afin de pouvoir combler leur manque d’assistance, par une présence effective de l’association avec des actes concrets au sein des communautés.

Interviewé devant les écrans, la présidente d’APE, Fatou Bintou TOURE, s’est rebondie sur la situation actuelle des enfants. Et, elle n’a pas mis aux oubliettes leurs activités déjà concrétisées avec le sourire aux lèvres, à savoir, sur le domaine de la santé : la prise en charge des enfants jusqu’à l’âge de 24 ans ; la distribution des cartes de santé prise en charge par chaque membre de l’association, sur le domaine insertion, elle précise que leur domaine d’intervention est de  0 à 6 ans ; 6 ans à 14 ans ;14 ans à 17 ans et de 17 ans à 24 ans. Continuant son discours, la présidente souligne qu’ils ont réussi à insérer des enfants dans le milieu de l’emploi sans oublier l’implantation de leur Ecole à Nguekokh . A  croire que l’Association est dans une bonne posture pour régler le cauchemar de l’Etat, concernant la situation des enfants.

La présidente de cette association invite les autorités étatiques de s’adresser aux acteurs qui y travaillent depuis des années pour réussir à ressortir des solutions adéquates et durables afin de terrasser ce fléau en synergie. Elle fulmine, cependant sur le comportement qu’elle juge malsain de soi-disant acteurs qui  se cachent, derrière les bureaux sans expérience.  Avant de leur inviter à « Rendre à césar ce qui appartient à césar ».

Moustapha CISSE/senpressenet@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *