add share buttons

Fermeture du Ter à Zac Mbao: Les populations toujours laissées à elles-mêmes

Il y a encore de l’espoir chez les populations de Zac Mbao qui ont appris de l’ambassadeur de la France au Sénégal que ce n’est pas pour avril le démarrage commercial du Train express régional de voir la construction d’une passerelle le vœu des 52 cités. Contraints de traverser le Ter avec tout le péril qui y est et prendre le longiligne pont, les usagers dénoncent l’indifférence des autorités étatiques.

 

Le Train express régional (TER) qui a été fermé la semaine dernière à hauteur de Zac Mbao alors que son démarrage commercial reste un mystère, a complètement augmenté le calvaire des populations. Ces dernières qui ne comprennent toujours l’indifférence des autorités étatiques face à  leur cri de coeur incessant, se disent laisser à elles-mêmes. La preuve, explique M. Mbaye, un habitant d’une des 52 cités, croisé sur le Ter de la « contestation et de la lamentation », « le manque de passerelle ». « Comme vous le constatez vous-même, aucune passerelle n’est érigée ici pour permettre aux populations de la Zac de traverser le Ter sans problème. Maintenant avec cette situation de ni passerelle ni tunnel ici, les usagers doivent obligatoirement emprunter le pont qui n’arrange personne. C’est ce qui est à l’origine de la colère des gens qui ne comprennent toujours pas comment des centaines voire des milliers de sénégalais ont été oubliés gravement dans l’élaboration du Ter ici à Zac Mbao », s’indignera-t-il. Pour ce cinquantenaire, « il y a un manque de considération notoire en vers les populations de la Zac sinon comment peut-on priver des populations une voie aussi stratégique »? Le même sentiment est partagé par tout le monde sur le Ter surtout ceux qui craignent des agressions aux heures de pointe où il y a une grande affluence des usagers pour vaquer à leur préoccupation. Simon Ndiaye, un étudiant tout rouge de colère s’en prend au régime du président Macky Sall. « C’est du n’importe quoi qui a été fait ici sur ce passage du Train express régional. Des gens vont souffrir parce que il faudra emprunter le pont avec les risques qui en découlent », s’énerve-t-il mettant en garde les autorités étatiques sur le danger qui guette les usagers qui prendront le longiligne pont à une certaine heure de la nuit. Selon le jeune étudiant, ils se sont précipités en mettant les charrues avant les boeufs avec cette fermeture du passage habituel des usagers. Attirant l’attention des autorités étatiques sur la sécurité sur ce pont, Simon Ndiaye dira que des bandits et autres malfrats de la banlieue vont ériger domicile ici s’il n’y a pas d’éclairage comme c’est le cas actuellement ou des forces de l’ordre.

Même si un petit passage très pénible pour les personnes du troisième âgé et des enfants est ouvert depuis quelques jours, il faut le dire sans langue de bois que traverser ce TER est devenu un vrai parcours de combattant.

Dans l’attente d’une solution idoine à leur calvaire, des usagers du TER de la Zac Mbao sont loin de sourire ces temps ci.

 

Par Senpresse.net 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *