add share buttons

45 ans d’existence au Sénégal: La Jeune chambre internationale dénonce l’indifférence du Ministère de la Jeunesse

La Jeune chambre internationale (Jci) a célébré hier ses 45 ans d’existence au Sénégal. L’occasion a été saisie par cette organisation non gouvernementale pour déplorer ou dénoncer l’indifférence qu’elle subit de la part du Ministère de la Jeunesse.

La Jeune chambre internationale a été créée depuis 1915. La JCI est une organisation non gouvernementale et à but non lucratif. La Jeune chambre sénégalaise créée en 1945, est affiliée à la Jeune chambre internationale principal réseau mondial de jeunes citoyens actifs existe depuis 45 ans. Sa mission est d’offrir des opportunités de développement aux jeunes en leurs donnant la capacité de créer des changements positifs.  Aujourd’hui leur principale difficulté est l’absence du soutien étatique. Bachir Fall le tout nouveau président l’a évoqué juste après sa nomination. « Nous avons toujours sollicité l’aide à nos autorités mais elles n’ont jamais répondu positivement » regrette le président Fall.

Très remonté contre l’attitude de nos autorités publiques, Bachir a soutenu que «Nous allons profiter de l’occasion que vous nous avez offerte pour dire à nos autorités qu’elles sont en train de mettre de l’argent dans des actions sans aucun apport pour le développement socioéducatif de nos enfants au détriment de la JCI qui s’active sur des actions beaucoup plus importantes, et sans soutien aucun. La chambre est composée de jeunes sénégalais pétries de talents et qui œuvrent pour le développement de la citoyenneté active.»

La cérémonie d’investiture a eu lieu le 12 janvier au Conseil Economique Social et Environnemental.  Cela a coïncidé avec la rentrée solennelle 2020 de la jeune chambre. Une cérémonie marquée par le passage de service entre le président sortant Mohamed Ciré Diallo et le tout nouveau président de ladite chambre Monsieur Bachir fall. Ce dernier a profité de l’occasion pour revenir sur le rapport existant entre la jeune chambre et le conseil de la jeunesse. «Nous sommes membres du conseil de la jeunesse et nous participons à ses activités et eux aussi vice versa ».

Revenant sur le financement de leurs activités, le président est sans détour, «C’est avec les cotisations de nos membres et les dons de bonnes volontés que nous parvenons à rendre effectif nos programmes et activités de citoyenneté.  La réalité est qu’on n’a jamais reçu l’aide de l’Etat encore moins de ses structures ».

Le thème retenu en cette rentrée solennelle de l’année 2020 est:  «Les ODD 2030 réduire le fossé par la citoyenneté active ».

Par Thierno Birahim KA/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *