add share buttons

L’ambassadeur de la France en visite privée à Diembéring

Son Excellence l’ambassadeur de la France Philippe Lalliot accrédité au Sénégal y a juste trois mois a effectué une visite privée dans la région de Ziguinchor. Ce samedi dernier, en compagnie de son épouse, il s’est rendu à la commune de Diembéring où il a été accueilli par son maire Tombon Guéye.  Le motif de ce déplacement inopiné est de constater de visu la côte de Diembéring largement endommagée par une furieuse érosion qui menace l’activité des populations et  de voir dans quelle mesure limiter les dégâts.

 

Décidément la Casamance est bien dans les dispositifs affectifs des français. A peine accrédité au Sénégal, le diplomate ne rêve que de fouler le sol de la verte Casamance. Philippe Lalliot, puis que c’est de lui qu’il s’agit, s’entend ; » Ça fait longtemps que je désirais venir ici en Casamance, et y a peu de temps que j’ai présenté mes lettres de créance au Président de la République, Macky Sall, le 04  Octobre. Depuis le début, j’ai toujours dit que l’un de mes premiers déplacements sera la Casamance. Je suis là depuis deux jours, je la découvre tout joyeux «, se confie-t-il. Et concernant son passage à Diembéring après Ziguinchor et Oussouye, l’ambassadeur renseigne, « Je ne pouvais pas m’empêcher de venir dans cette commune à l’invitation de son maire. Je suis venu pour deux raisons essentiellement. La première pour constater de près les dégâts de l’érosion côtière avec  leurs conséquences directes sur les populations locales. L’idée ne serait certainement pas de stopper ce phénomène parce qu’il est très puissant  mais on essaie de trouver ensemble tous les moyens pour  le ralentir au temps qu’on pourra et limiter ses conséquences négatives. La 2e raison c’est de voir ensemble ce qu’on peut faire pour améliorer l’activité économique ici et  j’ai eu la chance de rencontrer durant ce court passage, des femmes qui s’activent dans le maraichage et de voir comment les aider à produire davantage pour accroitre les revenus de leur dur labeur aux fins de mieux prendre en charge leurs besoins de ménage », a expliqué Philippe Lalliot qui promet de nombreuses et fructueuses visites  dans la région, car justifie le diplomate, « Nous aimons bien la Casamance, c’est une très belle région à laquelle  nous avons un attachement particulier et vite je reviendrai probablement le mois prochain, en prenant beaucoup plus de temps pour mieux rencontrer les gens et bien  cerner les choses ». Quid de l’idée d’une corniche cotiére partant  du Cap Skirring  à Gnikine servant ainsi de digue de protection de la côte comme ça se passe ailleurs ? » On mesure la puissance du phénomène et ses effets dramatiques constatés. Il faut faire confiance aux techniciens, nous avons aujourd’hui l’expertise qu’il faut pour ralentir ce phénomène. Mais tout de même, nous devons  éviter de produire quelque chose susceptible d’être  préjudiciable aux générations futures. Par ailleurs, se pose un enjeu de financement. Ça coûte extrêmement cher ce genre d’ouvrages. Il faut mobiliser des financements importants qui pourraient être bilatéraux français, multilatéraux, avec en point de mire, l’Union européenne, la Banque mondiale » a-t-il indiqué. Et devant la gravité du phénomène, l’hôte de la commune de Diembéring prêche la synergie et la célérité dans l’action ;  « Il faut qu’on y réfléchisse vite.  C’est ensemble qu’on trouvera les solutions mais y a urgence à intervenir et la volonté de faire les choses ensemble et vite, est bien là, car La Casamance tient une place particulière pour la France où les élus locaux français l’aiment beaucoup et y a beaucoup de programmes de coopération décentralisée dont le premier programme remonte à plus de 50 ans », a rappelé le patron de la diplomatie française au Sénégal, qui par ailleurs a estimé que l’implantation du Club Méditerranée au Cap Skirring est plus que bénéfique car étant une fabuleuse puissance économique avec ses 80 ha et plus de 300 employés et a des responsabilités particulières sur son environnement . Ça va être encore plus le cas dans les prochains mois avec son projet d’extension  qui va beaucoup augmenter sa capacité hôtelière », renseigne son Excellence pour illustrer de l’excellence des relations régissant les deux pays et de l’émotion particulière que la France éprouve pour la Casamance. A sa suite, son épouse n’exprime pas moins sa joie de découvrir la Casamance ;  « Une très belle découverte, un endroit particulièrement chaleureux  avec ses difficultés. On a été marqué par la visite de  la plage et la réalité  de l’érosion au point de voir un troupeau de  vaches marcher sur la plage parce qu’il n’y a plus d’espaces de divagation pour elles. C’est avec ces souvenirs qu’on va repartir et l’envie d’y revenir au plus vite. De notre rencontre avec les femmes maraichères, on va réfléchir pour obtenir des financements afin de leur trouver  une pompe  et un magasin de stockage de leurs productions », s’engage Mme Lalliot.

Le caractère fugace du séjour de l’ambassadeur a tout de même charrié une grande joie et suscité de grands espoirs auprès des populations.  Le président des agriculteurs de la commune de Diembéring en témoigne, » Nous nous estimons comblés d’accueillir même si c’est de façon furtive, son Excellence l’ambassadeur de la France, car en l’accueillant, c’est comme  tout le gouvernement français que nous nous accueillons. La France est un pays  frère sur qui le Sénégal a toujours compté pour son développement économique et social. Nous comptons sur son savoir-faire et son accompagnement financier pour mettre un terme à cette terrifiante érosion cotiére en cours chez nous », dixit Georges Boubacar Diatta.

Même son de trompette chez  le maire de la commune ; » Nous sommes  honorés d’accueillir pour sa première visite, son SEM Philippe Lalliot, l’ambassadeur de la France nouvellement accrédité au Sénégal. Honoré pour moult raisons. D’abord que  le Sénégal est un ami historique de la France, et surtout que la France est le partenaire bilatéral numéro un du Sénégal. C’est  tout à fait très stratégique et salutaire d’accueillir son Excellence accompagné de son épouse chez nous et se saisir de l’occasion pour aborder avec lui de multiples questions ayant trait à l’épanouissement de nos administrés. C’est à titre que j’ai voulu lui faire voire l’ampleur des dégâts que cause le phénomène de l’érosion cotiére ici et en passant au crible les potentialités naturelles dont regorgent notre collectivité territoriale », s’est ainsi réjoui Tombon Guéye de la venue de l’ambassadeur.  Une venue qui ne sera pas un cas isolé ;  car, selon lui, ce n’est que le début d’une série de contacts pour  aboutir à une grande rencontre planifiée et aux résultats probants, qui reflètent la fructueuse coopération entre la France et le Sénégal, envisage-t-il avant de poursuivre, « La commune de Diembéring est bien prisée des français parce que  la première communauté étrangère de la commune est constituée de français. Et régulièrement nous avons l’honneur d’être visités par de hautes autorités françaises et qui nous réconfortent dans nos activités de développement. Je félicite l’Etat de la France pour la qualité de leurs ambassadeurs envoyés au Sénégal ; ce qui témoigne à suffisance de la grande estime que nos pays se vouent réciproquement.   Christophe Bigot votre prédécesseur en est un et, est ami de notre commune pour y avoir parrainé en personne les 72 heures de la commune de Diembéring dans notre politique de relance de la Destination Casamance en 2017 et vous voilà aujourd’hui, son successeur et qui n’a pas tardé à lui emboiter le pas pour perpétuer et voire améliorer nos relations privilégiées » s’en félicite l’édile de Diembéring qui reconnait à la suite de l’ambassadeur que le Club Med du Cap offre de grosses opportunités pour la collectivité et,  est la preuve irréfragable du dévolu de la France sur la Casamance notamment ;  « Avec un investissement de 26 milliards de nos francs pour son projet d’extension imminent, le Club Med va davantage offrir beaucoup plus d’opportunités en termes de créations d’emplois directs,  indirects et de richesses partagées. Et son projet d’extension et de modernisation intègre la volonté du Chef de l’Etat de faire du Cap Skirring un hub touristique leader de la sous-région. Nous allons officiellement inviter le diplomate dans les meilleurs délais chez nous où il sera accueilli dans le faste de notre riche culture pour un examen plus large et minutieux des questions de développement qui nous interpellent.

Par André MENDY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *