add share buttons

Si le vainqueur de la Présidentielle de 2019 appelle au dialogue national, il n’ y a plus de place à la politique de la chaise vide. Discutons !

Il n’est point important, dans un pays de dialogue, dénommé d’ailleurs Sunugal pour mettre en exergue la propriété collective qu’il symbolise, de chanter les vertus du dialogue entre pouvoir et opposition et entre toutes les couches de la nation. Le pays a avancé depuis les indépendances et continuera dans cette voie notamment avec le PSE ( ce que l’on souhaite tous) mais les changements qualitatifs majeurs et les déséquilibres chaotiques sont tous intervenus en période de détente ( code consensuel de 1992 et ses antécédents) et en périodes de grande crise ( 1962 Dia= Senghor). Personne n’a  gagné et tous ont perdu. Le dialogue auquel appelle SEM Macky SALL n’est en rien semblable aux précédentes initiatives, en ce sens qu’elle traduit une réelle volonté politique d’inscrire notre pays dans une dynamique irréversible d’émergence et donc de consolider tous les acquis historiques et s’inscrit dans un contexte de découvertes pétrolières et gazières dont les impacts positifs en terme de bien-être social, seront sans commune mesure avec tout ce que ce pays aura connu comme bonheur et prospérité.

En appelant tous les fils de la nation sans exception et en acceptant tous les choix de l’opposition et de la société civile pour conduire le processus du dialogue, le Président de la République a donné tous les gages de sincérité et de responsabilité possibles et imaginables. Il appartient dès lors aux uns et autres de ne pas rater le train de l’histoire qui roule à vivre allure. Lors de la cérémonie d’installation du comité du dialogue national ce jeudi 26 Décembre, il a réitéré cet engagement fort de travailler à mettre en œuvre les consensus forts et utiles pour notre présent et futur qui découleront de ces moments historiques. En allant dialoguer, il ne s’agit pas d’aller se compromettre, ni pour construire  des combines politico- politiciennes, un tel agenda n’existe que dans l’esprit de ceux qui pensent que Tout est politique, il s’agit du pays, de son présent et de son futur et les avis de tous ses fils représentés, sont d’égale dignité et comptent. Les occasions de compétition politique sont derrière nous depuis le 24 février 2019, il s’agit de travailler le temps qui nous sépare de 2024 à relever les défis communs. Alors, au soir de ce dialogue, il est clair que les consensus engageront tout le monde. Que ceux qui font la politique de la chaise vide,se ressaisissent et aillent à la table de discussion.

Nos intérêts égoïstes sont une insignifiance par rapport aux intérêts supérieurs de la nation sénégalaise pour reprendre le mot de DE GAULLE. Le Sénégal vaut tous les sacrifices.

 

Cheikh NDIAYE 

Conseiller Spécial CESE

Responsable politique Apr Grand yoff 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *