add share buttons

Grève de la SDE: Les populations victimes d’une mauvaise gestion politique de la transition entre la SDE de Suez

L’eau n’y est toujours pas dans les robinets. La grève déclenchée par les travailleurs de la SDE qui va bientôt céder à Suez la gestion du liquide précieux, continue de priver une bonne partie si ce n’est pas toute les populations de Dakar et d’ailleurs de l’eau. La situation qui a profondément affecté des ménages lors de la grève du lundi mardi et mercredi, s’est ressentie gravement avec le prolongement en cours de 48 heures de la coupure délibérée de l’eau.

Des populations frappées de plein fouet par cette situation sont obligées par tous les moyens à chercher de l’eau. À Zac Mbao où les robinets ont cessé de couler depuis mercredi vers 13 heures, les populations bravent même le danger en levant très tôt pour rallier Keur Mbaye Fall ou Mbao pour s’approvisionner en eau. Ce vendredi vers les coups de 6 heures le reporter de Senpresse.net qui est dans la même situation a croisé des jeunes filles avec des bassins et des bouteilles de 20 litres entraînent de rejoindre les localités jusque là épargnées par la grève. Âgé de 11 ans, cette petite fille en classe de Cm1 à l’école primaire de Zac Mbao accompagnée de sa jeune grande sœur sous le sceau de l’anonymat, se désole de la longue coupure d’eau. « Je vais partir à l’école mais je ne peux pas me rendre en classe sans me laver. C’est la raison pour laquelle moi et ma grande sœur nous sommes levées comme vous le voyez très tôt pour aller l’eau. Non sans déplorer les dégâts collatéraux du contentieux entre travailleurs de la SDE et l’État, la fillette invite les deux parties à accorder rapidement leur violon pour le bonheur des populations. Plus calme, la compagnon s’en remet à Dieu. Pour la grande soeur, il faut prier pour un retour rapide de l’eau dans les foyers. Elle n’a pas de supplier le président Macky Sall à faire des concessions nécessaires avec les syndicalistes pour que les populations innnocants ne paient pas les pots cassés.

En bisbilles avec le gouvernement depuis l’octroi de la gestion de l’eau à la société française Suez qui succède à SDE, les camarades du syndicaliste Baba Ngom qui ont rejeté les dix pourcents, ont après plusieurs pourparlers avec le ministère de l’eau, sont allés à la vitesse supérieure en déclenchant cette longue grève.

 

Par Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *