add share buttons

Morcellement de l’opposition: Une situation avantageuse pour Macky Sall…

Le mandat des élus locaux prorogé pour la troisième fois consécutive par Le président Macky Sall sans concertation avec son opposition est une suite logique et sans fin du successeur de Wade. En effet, ce dernier report unilatéral de ces élections locales, prévues officiellement si on s’en tient au communiqué du Ministère de l’Intérieur, ne doit surprendre personne. Vue que le chef de l’Alliance pour la république  (Apr), un stratège politique et un Wade jusqu’aux moelle épinière, a toujours imposé son diktat à l’opposition qui semble aujourd’hui fragilisée par son morcellement. Cette division ou cet éclatement de l’opposition significative en plusieurs entités, arrange vraisemblablement à Macky Sall. La preuve résulte de son attitude de toujours de prendre des mesures ou décisions d’enjeux nationaux en sa faveur. Le parrainage, l’Acte 3 de la décentralisation, entre autres sont toujours aux peignes fin sans un consensus réel et sérieux avec l’opposition significative.

En tout état de cause les levées de  boucliers qui fusent de partout au sein de l’opposition depuis l’officialisation de ce dernier report vont rien donner. Pour la simple raison que Macky Sall a toujours déroulé ce qu’il arrange son parti et sa coalition sans être inquiété. Car il a réussi avec brio non seulement à « réduire l’opposition à sa plus simple expression » mais aussi à « fagociter » les partis de cette opposition.

Au lendemain de la dernière présidentielle, ceux qui pensaient que l’opposition qui a fait une bonne participation avec les scores obtenus entre Idrissa Seck et Ousmane Sonko, allaient donner du fil à retor à Macky Sall ont vite déchanté. Car cette opposition s’est profondément divisée par le nouveau pôle lancé récemment par Pape Diop, Idrissa Seck, Malick Gackou et Cie. En effet cet énième morcellement cache mal le malaise qui habite le regroupement des hommes politiques sénégalais mûs par des intérêts crypto personnels ou partisans.

À l’aune du troisième mandat qui fait son bonnet de chemin tout laisse à parier que le président Macky Sall et sa mouvance atteindront leur vœu en 2024. Car devant eux il n’y a pas une opposition soudée, organisée et déterminée comme en 2011 et 2012 à porter le combat pour barrer la route à Macky Sall.

En tout cas, tant que une certaine partie de l’opposition qui fait semblable d’opposer, demeure dans son jeu. Il va s’en dire que ce que le peuple avait opposé à Wade jusqu’à laisser des vies ne le fera pas contre Macky Sall.

 

Par  Souleymane SANE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *