add share buttons

LA TROMPETTE PERD SA VOIX (HOMMAGE A PAPIS BABA MBALLO )

 

Partir à jamais ! Les paroles en disent moins que les pensées du cœur. L’heure nous rattrape dans la discrétion, et les gens réagissent dans l’émotion. La dignité a perdu un de ses chevalier et l’humilité son cavalier. La trompette perd sa voix, sa voix nous est privée mais elle raisonnera dans nos cœurs. Ton rire est un flambeau, jamais plus il éclairera, mais la force de son éclat brillera même quand on gardera les yeux fermés. Mon mur de lamentation s’est effondré, me privant de m’adosser sur lui, et me contraignant à me pencher sur des pensées. Quand j’ouvre le tiroir de souvenirs, j’ai du mal à me retenir et surtout à croire à cette tragédie. J’ai convoqué les lettres pour t’écrire, écrire et me vider, écrire témoigner un respect écrire au nom de l’amitié écrire pour apaiser ceux qui t’aiment. Une partie de ma peine est due à un regret ! J’aurai du t’appeler comme convenu à propos de mon premier recueil… A force de faire confiance au temps, il a eu raison sur moi, il ne savait pas attendre… J’ai compris que ce recueil attendait de te porter dans ses pages. Un dernier écho de ta voix aurait moins brutalisé le choc de ta disparation. J’additionne le savoir vivre d’un homme qui aimait vivre et ta réputation d’homme de foi, je soustrait ce triste moment, Et Je retiens un être humain, patient Un homme heureux Un homme juste et franc Un homme d’une foi contagieuse Un homme de valeur et de rigueur Et un homme d’une bonté inconditionnelle, partout reconnue. Je laisse ma plume la liberté d’errer comme ces saletés de vaches sur cette autoroute. Je la laisse errer dans l’ivresse d’une douleur qui survient quand je relis nos échanges fructueux, que j’envoie un message sachant que tu ne répondras jamais mais voir me leurrer dans un espoir de recevoir une réponse… Peu importe les dégâts de ma plume, ils ne seront jamais plus importants que ce qui nous été pris. Je n’aurai pas à écrire ces vers comme d’autres si la route que tu as payée pour emprunter était éclairée… Sachant qu’un peuple ne verse pas pour vivre de tragédies, Et survivre de regrets. Fustigeant la négligence humaine, ailleurs se pliant à la volonté divine. Il suffit de voir les témoignages pour réaliser que vraiment tu n’es plus. Une réalité amère à consommer ! Que j’ai accepté quand ton frère a compris… Quand il dit d’une voix peinée qu’il a crié <<papis>>, que tu n’as pas répondue…et qu’il a compris… Leur frère est parti ! Ta famille te pleure, des hommes aussi, tous sous le choc d’un sevrage brutal… Ils n’ont pas peur, de ce que tu trouveras, juste que la perte est trop précieuse. Et il y a ce petit sourire sur leurs visages, quand Ils ont découvert le manteau d’humilité qui cachait un grand homme De par sa générosité, de par l’art, de par sa piété. Mach’ Allah ! Repose en paix papis baba mballo dit papis Gelongal!

Layssa Mbaye  (Ecrivaine en Herbe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *