add share buttons

Économie solidaire: Cinq points majeurs déclinés

Après plusieurs rencontres, échanges et des expositions, les rideaux de la deuxième édition du Salon tournant économie sociale et solidaire (Sess) sont  tombés ce lundi. Axé sur « L’économie sociale et solidaire : un modèle alternatif et inclusif d’entreprenariat », ce salon est une opportunité pour les organisateurs de partager cinq points stratégiques. 

 

 

Il s’agit de « l’Économie sociale et solidaire : concepts et réalités » où la définition dun environnement adapté, gage de la pérennité institutionnelle de l’Ess, de la territorialisation des politiques publiques en mettant l’accent sur les moyens de favoriser la promotion de l »Ess dans un cadre institutionnel et politique maitrisé et sécurisé, en passant par un cadre règlementaire de l’Ess, état des lieux et perspectives, jusquaux mécanismes de financement et les nouvelles opportunités pour les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Ces cinq points majeurs, en définitive, permettent de considérer léconomie solidaire comme un levier dactions prioritaires au service de l’inclusion sociale et de la croissance harmonieuse et  durable. Selon le ministre de la Microfinance  et de l’Économie Sociale et Solidaire, Zahra Iyane Thiam Diop, qui s’exprimait lors dune conférence de presse en marge de la clôture du Salon tournant de l’économie sociale et solidaire (Sess), des propositions fortes ont été faites dans le domaine de l’habitat social et de la sécurité sociale pour faciliter et garantir la sécurisation des opérations au profit des acteurs et des dispositifs adéquats pour les coûts de transaction. Mais un accent particulier a été mis également dans la mise en uvre de la loi sur le contenu local, en permettant de tisser des partenariats gagnant-gagnant entre les investisseurs étrangers et les opérateurs économiques locaux dans l’exploitation dans les différentes chaînes de valeur. Ce salon qui a fermé ses portes ce lundi après une semaine dintenses activités (du 29 octobre au 05 novembre), a enregistré plus de 350 exposants privés et institutionnels, avec un taux de participation de 3000 visiteurs. Malgré léloignement du centre (Diamniadio) et l’absence de desserte de la zone, les gens se sont déplacés en masse pour donner ce salon son aura. « La réussite du développement de l’économie solidaire ne peut se faire sans l’engagement des collectivités territoriales. Il faut une symbiose au niveau institutionnel si nous voulons que l’économie sociale et solidaire soit sur les roues de l’émergence », a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : « Le salon est un outil puissant pour renforcer non seulement la coopération, mais booster léconomie locale».  Durant ces jours de partage et d’échanges, une plateforme des femmes est mise en place de façon spontanée pour permettre à ces dernières de partager leurs expériences entre localités des trois pays (Sénégal, Maroc et Côte dIvoire). Toujours dans son face-à-face avec la presse le ministre de la Microfinance a fait savoir quaprès cette grande rencontre, des salons régionaux seront organisés  les mois à venir pour mettre en valeur l’économie locale.

Parlant du budget de ce salon, cette dernière de préciser quil est constitué sur la base de sponsors aussi bien du Sénégal que du Maroc, mais aussi dune mobilisation nationale.

Pour cette édition, un logo a été mis en place pour tous les acteurs.

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *