add share buttons

WADE-MACKY ET… : Une Alternance à la Russe en 2024

L’inauguration de la Mosquée Massalikoul Djinan a été une aubaine pour toute la population sénégalaise mais, encore plus pour la classe politique sénégalaise, avec le Président de la République Macky Sall en premier plan. En effet, le moins que l’on puisse dire, c’est que le républicain en chef en a bien profité et ne compte apparemment pas du tout s’arrêter en si bon chemin. Sinon comment comprendre l’allure avec lequel le premier politicien du pays multiplie les actes de bonne foi. Se réconcilier avec son prédécesseur et libérer l’ancien maire de Dakar dans la même semaine ; le tout sans « aucune » contre partie. Annuler un important déplacement en Afrique du Sud, se rendre presque en cachette à Touba et dans le même temps, organiser une invitation supère médiatisée du Pape du Sopi au palais. Autant de pions déplacés en un temps record par le « joueur Sall» qui nous pousse à nous demander de qui se moque-t-on quand on nous dit que le chef de l’Etat n’est pas encore dans les préparations de son après présidence ?

Il est connu de tous qu’un bon manager prépare sa retraite, comme il est confirmé qu’un bon dirigeant politicien à toujours pour préoccupation secondaire une sortie digne, après s’être maintenu au pouvoir. Alors, pourquoi vouloir nous faire croire le contraire dans ce Sénégal actuel ? Qui est celui qui doute encore du géni du politicien Macky Sall ? Il est fort en politique et cela, il n’a plus besoin de le prouver. Suffisant, pour qu’il se tourne désormais sur son après mandat. Dans ce sens, ses gestes des derniers semaines, fouillés méticuleusement offriront une lueur dans l’esprit de l’analyste avisé qui souhaite se projeter dans l’avenir.

Toutefois, il est à prier pour que le résident de Mermoz ne soit pas aussi stratège qu’il le prétend, au point de penser reproduire au Sénégal, le film russe joué en 2011, par les acteurs Poutine et Medvedev. En effet, si au pays des tsars, le jeu de chaises musicales entre les deux politiciens cités plus haut avait surpris la planète entière, ici au Sénégal, cela n’en sera pas de même. Peut être que les noms des acteurs seront les seules choses à changer. Mais, s’agissant de la stratégie, elle semble désormais dévoilée aux yeux de tous. Une alternance à la Russe en 2024, entre Papa et les enfants. Entre la promesse d’antant du Président Wade d’avoir des libéraux à la tête du pays pendant cinquante ans et le désire du Président Sall de concrétiser le statut de chef de l’opposition, qu’est-ce-qui les empêcherait de faire d’une pierre deux coups ?

Si le « Papa » est assez vieux et dépassé pour jouer le rôle de Medvedev, peut-on en dire autant pour les deux fils Seck et Wade ? Le premier enfant nommé n’avait-t-il pas théorisé, deux en arrière, des retrouvailles libérales ? Sinon qu’est-ce qui le retiendrait désormais pour épauler son jeune « frère » libéral, après qu’il se soit retrouvé avec « leur » Père ? Quand à l’exilé, sans vouloir entrer dans les spéculations militantismes, il est évidement qu’il sera bientôt là. Sinon au pire des cas, il montrera sa tronche avant les élections de 2024. Ceci dit, n’attendons surtout pas de lui qu’il revienne pour combattre celui qui l’aura gracié et, entre temps renoué le contact avec Papa. Toutes ces questions, pour dire peut être que tout le monde sera gagnant dans cette alternance à la Russe rampante. Le vieux pourra enfin déménager définitivement à Touba et se consacrer à autre chose que la politique, son prédécesseur tentera le challenger ONU ou UA en attendant, l’autre fils réalisera enfin son rêve d’être le énième Président et le cadet de la « famille » reviendra auprès de maman qui elle, sera contente d’apprendre que ses hommes ont bien travaillés.

 

Par Babacar Francky BA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *