add share buttons

Trafic illicite des armes : « Un nid pour le terrorisme », dixit le Colonel Doudou Sall

Le trafic illicite des armes en Afrique et dans le sahel en particulier, constitue une source à plusieurs problématiques, favorisant le terrorisme. Depuis hier et jusqu’au vendredi, des officiers de l’armée, des magistrats, des membres de la société civile et des parlementaires prennent part à une rencontre de validation des textes d’application du traité sur le commerce des armes. 

 

La prolifération des armes dans la sous-région Ouest africaine et partout dans le monde est devenu le foyer du terrorisme. Selon le Colonel Doudou Sall, Directeur du contrôle et de la législation au ministère des Forces armées du Sénégal, la circulation illicite des armes, c’est le nid du terrorisme. « Le nid pour le terrorisme, c’est la circulation illicite d’armes », a-t-il fait savoir. Ce dernier s’exprimait en marge de l’atelier sur le projet de loi du gouvernement sénégalais relatif à la mise en œuvre du Traité sur le commerce des armes (Tca) des Nations unies, où il a annoncé que ce texte est une avancée majeure dans le dispositif de contrôle et la transparence dans la circulation des armes au Sénégal. Ce traité étant un instrument juridique international de lutte contre le trafic illicite des armes, a été adopté le 2 avril 2013 par l’Assemblée générale des Nations unies, qui a demandé à tous les États signataires d’intégrer ce texte contraignant dans leur législation. Ce que le Sénégal a fait, en travaillant depuis quatre ans pour mettre en place un processus allant dans ce sens. « L’étude du texte sera élargie à une entité plus large, comprenant des représentants de toute l’administration publique, pour l’adoption d’un texte final », a déclaré le Colonel Doudou Sall. Ce rencontre de deux jours, qui pour objectifs de transposer les dispositions pertinentes du traité sur le commerce des armes au droit interne, tout en contribuant à un enrichissement de la législation nationale concernant le commerce des armes et de se conformer aux standards internationaux et communautaires sur le commerce des armes, est une occasion pour le ministre des Forces Armées, Sidiky Kaba de préciser : « Avoir des lois conformes à ce traité devrait permettre au Sénégal de renforcer son environnement sécuritaire et de mettre les populations à l’abri de la peur engendrée par les trafiquants d’armes et leurs clients ». Selon lui, l’application du Tca pourrait mettre fin aux conséquences désastreuses résultant d’une circulation non transparente et d’une utilisation abusive des armes. Il a profité de cette rencontre pour réaffirmer son engagement à avoir une législation nationale contre le trafic illicite des armes. « Le Sénégal s’est résolument engagé à se doter d’une législation nationale contre le trafic illicite des armes conforme au Traité sur le commerce des armes », déclare le ministre des Forces Armées. Pour ce dernier, l’Afrique de l’Ouest, pour faire face à la prolifération et au trafic illicite des armes, a pris un certain nombre d’initiatives visant à harmoniser la législation communautaire en vue de susciter une synergie d’action en matière de lutte contre la circulation illicite des Armes légères et de petit calibre (Alpc).

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *