Gouvernance minière : Le compagnonnage continue entre le Canada et le Sénégal

Spread the love
Spread the love

La célébration de la Journée internationale de la francophonie sous le thème «  Langue française : notre trait d’union pour agir » hier mardi 20 mars 2018, a coïncidé avec la célébration des journées des sciences de la terre. L’occasion a été saisie par Lise Filiatrault, ambassadeur du Canada au Sénégal pour annoncer que son pays va continuer à accompagner l’État sénégalais dans la gouvernance minière.

 

Dans le cadre de la coopération bilatérale, Lise Filiatrault, ambassadeur du Canada au Sénégal, a déclaré hier que son pays ne ménagera aucun effort pour accompagner le pays de la Téranga dans la gouvernance minière et dans d’autres domaines telle que l’éducation, la formation. « Étant un pays de ressources minières, on accompagne le Sénégal depuis des décennies dans la gestion des ressources naturelles qui sont à la fois inclusives et durables », a-t-elle fait savoir. Avant d’être plus explicite : « Nous travaillons également en matière de responsabilité sociétale des entreprises avec les entreprises minières qui sont actives au Sénégal. Mais aussi, on s’active dans le domaine de la formation, de l’éducation pour amener plus de jeunes à s’intéresser aux sciences de la terre et à contribuer dans ce secteur très dynamique de l’économie sénégalaise ». Selon elle, la promotion des femmes dans les secteurs non traditionnels est également de mise ». Cette dernière a fait part également que son pays apprécie beaucoup la collaboration avec le Sénégal, où ils travaillent ensemble pour le rayonnement du domaine des sciences dans l’espace francophone. Mme Lise Filiatrault s’exprimait en marge de la table ronde de lancement officiel des Journées des sciences de la terre  qui coïncident avec la Journée internationale de la francophonie, où elle a annoncé que dans le cadre de la gestion des ressources minière au Sénégal, plusieurs projets sont mis en place par le gouvernement canadien pour soutenir le département des Mines, tout en appuyant les programmes de développement destinés à assurer l’avenir des jeunes et des enfants par l’éducation, la sécurité alimentaire et la croissance économique.

Le ministre des Mines et de la Géologie, Sophie Gladima, prenant la parole au lancement de ces journées initiées depuis 2010, par l’association africaine des femmes géoscientistes (Aawg), a fait savoir que cette 5ème édition met l’accent sur l’importance des géoressources dans le développement socio économique durable des terroirs, la capacité de résilience des populations vulnérables face aux  risques des catastrophes environnementales et les impacts négatifs des exploitations minières. « Le secteur minier a été retenus parmi les six secteurs prioritaires identifiés dans l’Acte 1 du Pse », a-t-elle déclaré.

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *