add share buttons

Loi contre Sonko: Mohamed Diagne « rejoint » feu député Ezzan et Sada Ndiaye

Autrefois sous le régime du président Abdoulaye Wade des lois émanant des députés libéraux à savoir Ezzan et Sada Ndiaye très critiquées à son temps ont été adoptées uniquement pour régler des cas individuels. En effet si ces deux lois hautement célèbres qui ont porté les noms de leur initiateur (loi Ezzan et loi Sada Ndiaye) ont permis à amnistier les meurtriers de Maître Babacar Sèye et pour liquider Macky Sall président de l’Assemblée nationale. Il en est pas moins que sous la seconde alternance du régime du président Sall l’appel de Mohamed Moustapha Diagne de Synergie républicaine à l’Assemblée nationale de voter une loi pour empêcher tout agent radié de se présenter aux joutes électorales est à classer dans cette catégorie de lois celerates dangereuses uniquement orienter pour annihiler les ambitions présidentielles de Ousmane Sonko. Et même si l’Apr à travers quelques-uns de ses responsables notamment Moustapha Diakhaté lave en grande eau leur parti pour dire qu’il n’est pas derrière cette entreprise de liquidation du populaire leader de Pastef Les Patriotes.  Mohamed Moustapha Diagne puis que c’est de lui qu’il s’agit allié du président Sall même s’il n’est pas pour porter la proposition il s’entête dans sa volonté obstruer la marche de Sonko car dit-il, qu’il va saisir le président Moustapha Niasse et les présidents de groupes parlementaire pour faire adopter cette loi. Ce après avoir fait deux sorties similaires très acernés contre le troisième lors de la présidentielle de février dernier, le Directeur de la Communication au Ministère de l’Éducation Nationale poste aussi stratégique dans la communication, semble à tous les égards bénéficier du soutien de hautes de l’Apr et Benno tapis dans l’ombre. Si ce n’est pas ça comment un simple allié d’un parti « télécentre » pourrait se prévaloir de cette posture à un moment crucial de retrouvailles et réconciliations politiques pour troubler la quiétude de certains sénégalais qui appellent incessamment à l’apaisement entre pouvoir et l’opposition.

En tout cas comme l’a si bien alerté la Sociologue Fatou Sow Sarr dans Objection de Sud fm, voter cette loi que tout connait sa cible serait un précédent dangereux pour le pays. Mais comme le président Macky Sall lui même qui est dans cette dynamique de « détruire » ses opposants avec sa fameuse mise en garde « Je vais réduire l’opposition à sa plus simple expression » il va s’en dire que certes c’est lui qui serait derrière le leader de Synergie républicaine.

Attendons de voir mais Ousmane Sonko et son parti s’attendre le pire pour ce dernier mandat car il est aux yeux d’observateurs avertis de la scène politique sénégalaise, le candidat qui une fois élu en 2024 causerait d’énormes difficultés aux caciques de l’Apr et de Benno cités dans de gros scandales.

Par Souleymane SANE/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *