add share buttons

Soins oculaires : 80 % des cas de cécité sont guérissables au Sénégal

S’étant inscrit dans la dynamique d’éliminer les cécités évitables, le gouvernement du Sénégal, a mis en place le Programme national de promotion de la santé oculaire (Pnpso) pour rendre les soins oculaires disponibles et accessibles. Ce qui fait dire au Secrétaire général du ministère de la santé, Alassane Mbengue que 8 sur 10 cas de cécité sont guérissables. 

 

La cécité, étant un problème de santé public, peut être évitable ou guérissable si tous les moyens sont mis en place pour une prise en charge efficace. Selon le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Action Sociale, Alassane Mbengue, sur 10 cas de cécité les 8 sont évitables ou guérissables soit 80 %. « Au Sénégal, la cécité et les déficiences visuelles sont des problèmes majeurs de santé, de par leur ampleur et leur gravité », a-t-il déclaré. À cet effet, avec une prévalence estimée à 1,42 %, on dénombre dans notre pays près de 165 000 aveugles et plus de  550 000  malvoyants. Raison pour laquelle, l’État s’est inscrit dans la dynamique d’éliminer les cécités évitables, en mettant en place le Programme national de Promotion de la Santé Oculaire (Pnpso) pour rendre les soins oculaires disponibles et accessibles par la prise en charge curative et préventive des affections oculaires cécitantes par des soins de qualité à un coût abordable ; la promotion de la santé oculaire par l’information et la sensibilisation des populations. Ainsi, plusieurs plans stratégiques ont été mis en œuvre, s’appuyant sur le développement des ressources, des infrastructures et des équipements pour lutter contre les affections les plus cécitantes que sont la cataracte, le trachome, les vices de réfraction et les cécités de l’enfant. Actuellement, chaque région du pays présente une unité de chirurgie de la cataracte et des unités simples de soins dans les différents centres de santé sur les 64 centres de soins oculaires déjà existants. Mais, il est prévu l’ouverture de deux nouvelles unités de soins oculaires à Malem Hodar et à Koumpentoum. Parlant toujours du trachome, ce dernier de faire part qu’étant la deuxième cause de cécité dans notre pays, il est en phase d’être éliminé en tant que problème de santé, car les autorités sanitaires ont arrêté le traitement de masse de la forme active de la maladie. « Un projet est en cours de mise en œuvre pour la prise en charge des cas de morbidité liés à cette affection, grâce à l’Ong  Sightsavers. Ainsi nous prétendrons éliminer cette cause de cécité évitable à l’horizon 2022 », a révélé M. Mbengue. Il s’exprimait en marge de la cérémonie de remise de matériels ophtalmique, informatique, véhicule et d’une moto offerte par ladite Ong au ministère de la Santé. D’une valeur de 52 millions F CFA, ce don permettra de rehausser le plateau technique et d’améliorer l’offre de service des Unités de soins oculaires avec l’appui de Sightsavers à travers le projet financé par le Gouvernement Irlandais et qui couvre une période de cinq ans (2017 à 2021).

Pour Fatoumata Diouf Diallo, de l’Ong Sightsavers, 631 millions F CFA ont été débloqué par l’organisation qu’elle représente pour le renforcement du système de santé et 20,844 milliards F CFA pour éliminer le trachome au Sénégal. Selon elle, même si la situation épidémiologique est maitrisée au Sénégal, seule la prévalence du trichiasis du trachome  reste préoccupante.

55 % des malvoyants sont des femmes

Dr Mouctar Dieng Badiane, coordonnateur du Programme national de la promotion de la santé oculaire au ministère de la santé et de l’action Sociale, en prélude à la journée mondiale de la vue qui est célébrée le deuxième jeudi de chaque mois d’octobre (10 du mois courant) sur le thème « La vision d’abord », a fait savoir dans sa présentation  que 55 % des malvoyants à travers le monde sont des femmes et les 89 % vivent dans les pays en développement. Près de 2 millions d’aveugles vivent particulièrement dans les pays pauvres, où le défaut d’hygiène individuelle et collective et la promiscuité augmentent la fréquence des réinfections et la gravité de la maladie. Au Sénégal, le trachome est la deuxième cause de la cécité avec 25 000 personnes aveugles. En 2018, 1581 cas de cataracte ont été opérés. Pour cette journée, un camp de chirurgie cataracte est prévu dans le département d’Oussouye en Casamance.

À cette occasion, trois ambulances ont été remises par Plan International Sénégal et la Coréenne de la coopération internationale (Koica) au ministère de la Santé, dans le cadre de la santé de la mère et de l’enfant.

 

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *