add share buttons

Chose promise, chose due! Dirait-on ! (Par Dr Annette Seck Ndiaye)

Le casse-tête de la chimiothérapie pour les patientes atteintes de Cancer ne sera bientôt qu’un vieux souvenir. Même s’Il aurait préféré qu’elles n’en aient pas besoin, le Président de la République Son Excellence Macky en prenant la décision de subventionner la chimiothérapie et de rendre totalement gratuits les anticancéreux pour les cancers féminins notamment le cancer du sein et celui du col de l’utérus vient une nouvelle fois de marquer toute la priorité qu’il accorde à l’équité dans l’accès aux soins de qualité pour toutes les couches de la population. Il a en effet bien compris que quelque soit les moyens dont on dispose le Cancer est une maladie qui rend vulnérable les personnes qui en sont atteintes. Les femmes payent le plus fort tribut de cette maladie, elles seront les premières servies mais certainement pas les dernières. L’espoir est permis ! La politique de santé est en parfaite adéquation avec l’Axe 2 du PSE qui porte sur le renforcement du capital humain et la protection sociale. L’espoir est permis ! Il suffit d’y croire et de se donner les moyens! Faire de la santé et du bien-être des populations une priorité ! Il est bon de rappeler que lorsque le Président de la République Son Excellence Macky Sall prenait cette décision l’année dernière lors des manifestions dédiées à la lutte contre le cancer dans le cadre de « octobre rose » les anticancéreux étaient déjà intégrés depuis décembre 2016 dans le circuit public à travers la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement avec une baisse des prix de plus 50%. Aujourd’hui avec la gratuité, c’est un nouveau pas qui est franchi. Il faut s’en féliciter et saluer la générosité du Président de la République et surtout son sens aiguë de la solidarité face à des personnes aussi affectées tant physiquement que moralement.

Permettez-moi de lancer un appel à tous les acteurs notamment le personnel de santé pour une gestion rationnelle et concertée de cette catégorie de produits à la fois sensibles et coûteux afin que les populations tirent le maximum de profit de cette stratégie dont la pérennité doit être une notre seule préoccupation . Ne dit-on pas que la santé n’a pas de prix mais elle a un coût ? Cette fois c’est l’Etat qui en supportera les coûts mais pour la bonne cause. Nous nous devons de contribuer à la réussite de cette belle initiative et pour ce faire donnons-nous la main et que chacun d’entre nous en fasse sa propre affaire. Chers amis ! Encore une fois attaquons-nous aux maux au lieu de nous servir des mots.

 

Dr Annette Seck Ndiaye, Directrice de la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA)

Une pensée sur “Chose promise, chose due! Dirait-on ! (Par Dr Annette Seck Ndiaye)

  • 3 octobre 2019 à 1:26
    Permalink

    Merci beaucoup Annette seck vous avez parfaitement raison

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *