add share buttons

Diffusion d’images d’abus sexuels sur les enfants : Un portail de signalement en ligne mis en place 

La recrudescence des violences orientées vers les enfants ainsi que les dangers liés à leur utilisation excessive du numérique et d’internet préoccupe tout un chacun. Raison pour laquelle, le gouvernement du Sénégal pour mieux protéger cette couche contre toute dérive liée à l’internet, a décidé de mettre en place un portail de signalement en ligne pour lutter contre la diffusion d’images d’abus sexuels sur les enfants.

 

Ce portail de signalement des images mettant en scène des abus sexuels commis sur des enfants, qui est une première au Sénégal, est une innovation majeure pour assurer la protection des enfants sur internet. À cet effet, il entre en droite ligne avec les objectifs de la politique de protection des enfants en ligne mise en place par l’État du Sénégal. Cette plateforme qui est ainsi  adaptée aux réalités du pays, va permettre de manière anonyme et en toute sécurité, de signaler les contenus aux analystes du Sénégal, à travers la Cellule d’appui à la protection des enfants (CAPE) et de ses partenaires britanniques de Internet Watch Foundation (IWF) pour traitement. Ce portail dont le lancement est procédé hier par madame le ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants, Salimata Diop Dieng, est présenté aux forces de sécurité, à la justice, aux autorités gouvernementales, aux Organisations de la société civile, aux acteurs du secteur d’Internet et d’autres acteurs clés de la protection pour qu’ils s’en approprient. Cette rencontre d’installation du premier portail en ligne de signalement d’images d’abus sexuels sur des enfants est une occasion pour Salimata Diop Dieng de révéler le taux de pénétration des services internet au Sénégal qui est estimé à 68 % avec un parc de 10 449 579 abonnés internet. Ce qui, selon le ministre de la Femme, place la « sécurité numérique au rang des priorités de l’action gouvernementale ». Cette dernière a profité de cette rencontre pour rappelé que le partenariat avec IWF  contribuera à renforcer la lutte contre ce fléau. « L’installation de ce portail permettra à tout chacun de participer à sa manière à la protection de cette couche très vulnérable », dit-elle. Avant d’ajouter : « Cette lutte constitue nécessairement un gain appréciable dans la lutte contre les fléaux véhiculés par les Technologies de l’information et de la communication (TIC).

Vue son importance, il pourra être fait dans plusieurs langues nationales (Wolof, Pulaar, Sérère). Ce qui est, précise Salimata Diop Dieng, une avancée majeure pour la protection des enfants sur internet.

Dr Jane Marie Ong’Olo de l’Union africaine, prenant la parole, a d’abord félicité le Sénégal pour son engagement en faveur de la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants en ligne, avant de l’inviter à intégrer l’Alliance Weprotect qui est un mouvement international dédié à la lutte contre l’exploitation sexuelle de cette couche aux niveaux national et international à l’image de l’Union africaine et d’autres pays dans le monde. Selon elle, l’Afrique étant concernée par l’exploitation des enfants en ligne que le reste du monde a mis en place plusieurs initiatives parmi lesquelles un projet de renforcement de capacités régional et national et un plan d’action pour la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants en ligne dans cette partie du monde. Cette dernière a fait savoir qu’une rencontre de haute facture avec Weprotect Global Alliance, sous l’égide de l’Union africaine, sera tenue au mois de décembre prochain à Addis Abeba, en Ethiopie et demande le Sénégal qui est un exemple de leader dans ce domaine de lutte à prendre part à cet événement et à partager son expérience, tout en donnant l’exemple.

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *