add share buttons

Bavure policière occasionnant des morts d’hommes en Espagne : Otra Africa condamne les actes de vandalisme de certains de nos compatriotes

Les membres de l’Association internationale de l’immigration « Otra Africa », après les bavures policières de ces derniers jours en Espagne occasionnant des morts d’hommes, ont tenu hier une conférence de presse pour rappeler à l’ordre nos compatriotes qui ont tenu des actes de vandalisme à Lavapies à Madrid. Des bavures ayant entraîné la mort de deux immigrés sénégalais (Mame Mbaye Ndiaye et Ousseynou Mbaye) et occasionnées plusieurs blessés dont le plus grave est Arona Diakhaté.

 

En reconnaissant les bonnes relations de fraternité qui lient le peuple sénégalais et espagnol, l’Association internationale de l’immigration « Otra Africa » par la voix de son président, Souleymane Alioune Diallo, a tenu hier une conférence avec les représentants des médias pour condamner avec la dernière énergie les actes de vandalisme survenu à Lavapies à Madrid (Espagne). « Face à certaines difficultés, nous demandons à nos compatriotes d’avoir le sens de la maîtrise et du contrôle pour ne pas ternir l’image du Sénégal dans leur pays d’accueil, de bannir la violence et d’être digne, de respecter les fonctionnaires qui représentent le gouvernement quelque soit leur attitude ou leur comportement à l’égard de la communauté sénégalaise », a-t-il conseillé. Ce dernier a profité de la rencontre avec les journalistes pour demander aux autorités Sénégalaises de rappeler l’ambassadeur d’Espagne au Sénégal afin de l’écouter sur les faits, tout en exigeant le gouvernement de se constituer partie civile dans cette affaire. « Nous exigeons, à ce point, le gouvernement de se constituer en partie civile afin de pourvoir en justice cette affaire qui a fini de prendre une tournure malencontreuse pour tous les immigrés sénégalais basés en Espagne », a déclaré M. Diallo. Cette conjoncture étant une de trop sur la longue liste de Sénégalais qui se font gratuitement abattre sans que jamais qu’une suite à la hauteur des faits ne soit apportée, Otra Africa, exhorte l’Etat espagnol et celui sénégalais de travailler conjointement à mettre fin à de telles circonstances fratricides, tout en s’indignant devant la situation des milliers de jeunes sénégalais qui à travers le monde, certains du fait de leurs situations de sans documents à l’étranger, sont obligés de mener des activités parfois illicites ou illégales pour vivre et subvenir aux besoins de leurs familles. À côté de ces conditions de vie extrêmement difficiles, s’y ajoute une peur de la répression. Ce qui entraîne des courses poursuites avec les polices occasionnant parfois des bavures fatales.

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *