add share buttons

Les sénégalais n’ont pas fêté la défaite mais plutôt le mérite (Par Cheikh Ndiaye)

Evaluer, chez nous autres du domaine de l’éducation et de la formation et de manière générale d’ailleurs, c’est mesurer le degré d’atteinte de l’objectif. Point de discussion sur ce point.

Appliqué au sport, même chose et l’objectif déclaré pour cette CAN en Egypte qui vient de s’achever, c’était d’arriver en finale et selon les propos de l’entraineur Aliou CISSE, c’était d’aller le plus loin possible dans cette compétition, et le plus loin possible dans une compétition, c’était d’arriver en finale. La aussi, point de discussion.

L’entraineur Aliou Cissé ne pouvait quand même pas signer comme objectif de gagner la coupe ! Notre pays est resté 17 ans, c’est à dire une génération après sa dernière finale. Le peuple avait manifesté une envie folle de gagner la coupe au regard du nombre de rendez-vous manqués mais pas au point de développer une certitude là-dessus.

Le pays est satisfait de son équipe, de son entraineur et des autorités simplement parce que l’objectif est atteint. On a fêté le mérite des joueurs mais pas la défaite et cette nuance ou différence mérite d’être saisie et prise en compte.

Il ne faut surtout pas sous-estimer ce peuple (en disant qu’il fête une défaite) qui est plus exigeant que tous les peuples du monde. Combien d’entraineurs sénégalais et étrangers ont été liquidés par ce peuple exigeant ? Combien de joueurs ont fait les frais de leur mauvaise prestation? Combien de présidents de fédération ont été limogés ? Combien d’hommes politiques ont été admis à faire leur droit à une pension de retraite politique après des élections ?

Attention, ce peuple transmet beaucoup de signaux dans ses expressions politiques, économiques, sportives, sociales et culturelles et l’enjeu, serait surtout de saisir le message que ces centaines de milliers de jeunes sénégalais ont envoyé aux acteurs du sport et aux autorités en imitant Mao ZEDONG dans une longue de 15 Km de l’aéroport L.S.S au palais de la République. La vraie réflexion, c’est cela, toute autre analyse me semble impertinente.

 

Cheikh NDIAYE

Conseiller Spécial CESE

Responsable Politique Apr Grand Yoff.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *